Quatre militaires chinois accusés du piratage monstre chez Equifax en 2017

WASHINGTON — Quatre membres de l’armée chinoise ont été accusés d’avoir pénétré dans les réseaux informatiques d’Equifax et d’avoir volé les informations personnelles de dizaines de millions d’Américains, a annoncé lundi le département de la Justice, accusant Pékin de l’un des plus importants piratages de l’histoire.

L’intrusion de 2017 a touché environ 145 millions de personnes, les pirates ayant réussi à voler des noms, des numéros de sécurité sociale et d’autres informations personnelles stockées dans les bases de données de l’agence d’évaluation du crédit. Les quatre militaires, membres de l’Armée populaire de libération (APL), une branche de l’armée chinoise, sont également accusés d’avoir volé les secrets commerciaux de l’entreprise, ont déclaré des responsables américains.

L’affaire survient alors que l’administration de Donald Trump met en garde contre l’influence politique et économique croissante de la Chine et les efforts de Pékin pour collecter des données sur les Américains et s’adonner à de l’espionnage scientifique et industriel.

«Aujourd’hui, nous tenons les pirates de l’APL responsables de leurs actes criminels, et nous rappelons au gouvernement chinois que nous avons la capacité de retirer le couvert de l’anonymat d’Internet et de trouver les pirates que ce pays déploie souvent contre nous», a indiqué le procureur général des États-Unis, William Barr, dans un communiqué.

Cette affaire n’est pas la première que le ministère de la Justice a intentée au fil des ans contre des membres de l’APL. L’administration précédente de Barack Obama avait accusé en 2014 cinq militaires chinois d’avoir pénétré dans les réseaux informatiques de grandes sociétés américaines pour siphonner des secrets commerciaux.

Les accusations criminelles ont été déposées devant le tribunal fédéral d’Atlanta, où se trouve le siège social d’Equifax. L’acte d’accusation, qui détaille les efforts déployés par les pirates pour effacer leurs traces, comprend des accusations de complot en vue de commettre une fraude informatique, de complot en vue de commettre un espionnage économique et de complot en vue de commettre une fraude électronique.

Les plus populaires