Mitsubishi aura un centre pour le SpaceJet à Boisbriand; Québec prête 12 M $

MONTRÉAL — Québec a accordé un prêt sans intérêt de 12 millions $ au géant de l’aéronautique Mitsubishi, qui vient s’installer à Boisbriand.

Le premier ministre François Legault en a fait l’annonce jeudi, à Montréal, au cours d’une conférence de presse, aux côtés du ministre de l’Économie, Pierre Fitzgibbon, et de représentants de Mitsubishi.

Le centre de développement du SpaceJet emploiera d’abord 100 personnes, puis 250. Il s’agit d’emplois fort bien rémunérés, très majoritairement des ingénieurs. Il aura comme mandat d’appuyer la conception et l’homologation des avions régionaux SpaceJet de Mitsubishi Aircraft.

Québec fait le pari que le prêt de 12 millions $ d’Investissement Québec devrait être remboursé par les impôts que paieront les futurs employés du centre aéronautique.

«Les entrées de fonds additionnelles au ministère des Finances vont constituer le remboursement de ce prêt de 12 millions $. Ça veut dire que s’il n’y a pas de création d’emplois, les 12 millions $, c’est un prêt. Si les retombées sont là pour les 250 emplois payants… dans le fond, on se paie à même l’argent qui rentre du côté d’Éric Girard (le ministre des Finances)», a illustré le premier ministre Legault.

Cette façon de procéder d’Investissement Québec est une nouveauté, a-t-il souligné fièrement, et il a bien l’intention de la reproduire avec d’autres investisseurs potentiels.

À terme, le centre de développement du SpaceJet devrait engendrer des investissements de l’ordre de 135 millions $. Il doit ouvrir ses portes l’automne prochain, en louant les espaces, puisqu’il s’agira essentiellement d’espaces de bureau pour des ingénieurs.

Le premier ministre a souligné que l’entente a été ficelée en un temps record, soit trois mois entre les premières démarches avec Mitsubishi, lors du salon du Bourget en France, et l’annonce. «Il n’y a rien qui me fait plus plaisir que ça. Ça fait partie de nos objectifs: de réduire les délais, d’enlever de la bureaucratie», a souligné M. Legault.

Interrogé à savoir si cet investissement ne résulterait pas en un dégarnissement en effectifs d’ingénieurs d’une autre compagnie d’ici pour regarnir les effectifs de Mitsubishi, vu la rareté de personnel spécialisé, le premier ministre a dit estimer qu’il s’agissait là d’une raison supplémentaire pour rehausser les admissions dans les écoles de génie.

Le ministre Fitzgibbon a aussi suggéré que l’on redore le blason de l’industrie aéronautique, qui a été égratigné dans le passé.

Quant aux représentants de Mitsubishi Aircraft, ils ont vanté les vertus de leurs avions régionaux, des appareils de moins de 100 places, qui offrent plus d’espace en largeur, en hauteur et même dans la largeur des sièges de 18,5 pouces. Ils estiment que cet avion, construit à Nagoya au Japon, saura attirer de nombreux clients internationaux.

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie

Commentaires
Laisser un commentaire