Urgences à désengorger: Québec crée 1472 nouvelles places en CHSLD

QUÉBEC – Après deux années de vaches maigres dans le réseau de la santé, voilà que les millions de dollars se mettent à pleuvoir dans les hôpitaux.

Mercredi, après une série d’annonces faites récemment, le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, s’est attaqué à la bête noire du réseau: les salles d’urgences des hôpitaux, reconnues pour leurs débordements chroniques, quel que soit le gouvernement en place.

Il injecte 100 millions $ qui seront destinés à faire en sorte que les lits d’hôpitaux soient désormais occupés uniquement par des personnes malades ayant besoin de soins, et non, comme c’est trop souvent le cas depuis des années, par des gens âgés en attente d’une place d’hébergement ou des personnes ayant des troubles de santé mentale.

Quand ces lits seront dégagés, ils pourront enfin accueillir les patients des salles d’urgence ayant besoin de soins médicaux, et ainsi désengorger les salles d’urgence.

Pour atteindre ce but, Québec créera 1472 nouvelles places en centres d’hébergement pour les personnes âgées. Il pourra s’agir de places en Centres hospitaliers de soins de longue durée (CHSLD) ou dans des ressources intermédiaires. Un millier de places pourraient être disponibles à court terme et le reste dans l’année qui vient, à la suite d’un appel d’offres. Un peu plus de la moitié de la somme totale (55 millions $) est réservée à ce projet.

Une partie de la somme (30 millions $) servira à créer par ailleurs 446 nouvelles places destinées aux patients aux prises avec des problèmes de santé mentale.

Enfin, 14 millions $ seront réservés pour l’ajout de 207 places à pourvoir à l’intention des patients en réadaptation ou en convalescence.

L’impact de l’investissement annoncé mercredi pourra se mesurer par une plus grande «fluidité à l’urgence, moins d’attente en chirurgie, moins d’attente à l’urgence et plus de retours à domicile», a-t-il promis en conférence de presse.

L’annonce aura pour effet de réduire sensiblement le nombre d’heures d’attente sur une civière à l’urgence avant d’être hospitalisé, a commenté le ministre, sans vouloir pour autant s’engager à fixer un nombre d’heures maximal à respecter.

On estime en général qu’actuellement, entre 10 et 15 pour cent des lits de courte durée dans les hôpitaux sont en fait occupés par des gens qui devraient être ailleurs parce qu’elles n’ont pas besoin de soins médicaux, souvent des personnes âgées en perte d’autonomie en attente d’une place en CHSLD.

Le ministre Barrette, qui multiplie les annonces coûteuses depuis quelques semaines, s’est défendu d’avoir trop tardé à procéder à cet investissement, alors que le problème était connu et documenté depuis longtemps.

La priorité du gouvernement était de rétablir l’équilibre budgétaire ces deux dernières années, a justifié le ministre.

«Les choses doivent se faire dans un certain ordre. Et nous on les a faites dans le bon ordre», a-t-il commenté.

Une fois de plus, il est revenu à la charge pour réclamer une hausse des transferts fédéraux en santé et des sommes dues pour les soins à domicile, lançant un nouvel appel au premier ministre Justin Trudeau, «qui doit mettre sur la table les montants appropriés le plus vite possible».

«Allo Ottawa! Allez-vous un moment donné comprendre?», a commenté le ministre Barrette, qui s’impatiente de pouvoir utiliser les sommes attendues et promises par le gouvernement fédéral.

La porte-parole péquiste en santé, la députée Diane Lamarre, est plutôt d’avis que le ministre Barrette tente en fait de réparer les pots cassés depuis deux ans et demi dans le réseau, qui a dû subir des compressions successives de centaines de millions.

«Il a trop coupé, il a mal coupé et il a désorganisé complètement notre système de santé», a-t-elle fait valoir en point de presse.