Québec annonce la tenue d’un concert-test supervisé de 20 000 personnes

MONTRÉAL — Après Barcelone et Paris, ce sera au tour de la ville de Québec d’accueillir des milliers de spectateurs pour un concert-test. Celui-ci aura lieu en septembre dans la région de la Capitale-Nationale, sous la supervision de chercheurs de l’Université Laval. 

Le gouvernement du Québec évalue entre 2 et 3 millions $ le coût pour la tenue de ce «spectacle historique». L’événement constitue un «pas immense vers la réalisation d’événements sécuritaires», a déclaré la ministre du Tourisme, Caroline Proulx, lundi après-midi. 

Tous les détails seront dévoilés dans les prochaines semaines, car l’équipe de scientifiques s’active présentement à définir les paramètres du protocole de recherche qui sera mis en place. C’est-à-dire le groupe d’âge visé, si les spectateurs seront masqués ou non et s’ils devront présenter un passeport vaccinal pour y assister, entre autres. 

Par ailleurs, tout dépendamment de la situation épidémiologique et de la progression des variants, le concert pourrait ne pas avoir lieu. Ce sera à la Santé publique de donner son aval, a précisé la ministre Proulx. 

Si les autorités le permettent, le Québec pourrait devenir la première province canadienne à réunir 20 000 spectateurs. 

Il y aurait deux concerts, soit l’un réunissant 5000 personnes en salle et un autre regroupant 20 000 personnes à l’extérieur. 

Une opération que la rectrice de l’Université Laval, Sophie D’Amours, qualifie «d’ambitieuse». 

L’institution universitaire a été mandatée par Québec pour élaborer un protocole de recherche adapté à ce type d’expérience. 

Un événement semblable a eu lieu en avril à Barcelone. Les résultats de l’expérience clinique n’avaient décelé «aucun signe de contagion» parmi les 5000 participants masqués, réunis sans mesures de distanciation physique. 

La France a aussi tenté une expérience similaire à la fin mai où 5000 personnes étaient réunies pour un concert du groupe Indochine. 

Le syndicat français Prodiss qui a mis sur pied le spectacle test à Paris en mai collaborera avec Québec. 

Cette collaboration favorisera l’échange d’informations et des constats que Prodiss a tirés de l’expérience du printemps dernier, «ce qui va nous permettre d’aller encore plus loin», a indiqué la ministre Proulx. 

En plus de données sur le risque possible de contagion, les chercheurs de l’Université Laval veulent se pencher sur des questions sociétales telles que la crainte, la fébrilité ou la joie qui peuvent habiter les participants à ce premier spectacle d’envergure à l’ère pandémique. 

Qui pourra y assister?

Avec ou sans masque? Avec ou sans mesures de distanciation sociale? Est-ce qu’une preuve vaccinale sera requise ou non? Quel groupe d’âge pourra participer au concert? 

Pour l’heure, pas moyen de le savoir. Mais toutes ces questions trouveront réponse dans le protocole de recherche dont «les détails seront communiqués dans les prochaines semaines», a indiqué le ministère du Tourisme. 

Ce protocole sera d’abord soumis à un comité d’éthique, puis révisé par la Santé publique et la direction régionale de la santé publique de la Capitale Nationale. 

Quant à la tête d’affiche de ce concert et la date auquel il aura lieu, Québec fera également une annonce dans les semaines à venir. Seule certitude, ce concert sera gratuit, assure le ministère du Tourisme. 

———

Cet article a été produit avec l’aide financière des Bourses Facebook et La Presse Canadienne pour les nouvelles.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.