Québec bloque la démolition du Monastère Notre-Dame du Rosaire à Berthierville

Pas question de revivre le scénario de la Maison du patriote Boileau, détruite à Chambly, a déclaré la ministre de la Culture, Nathalie Roy, qui n’a pas perdu une seconde pour signer une ordonnance empêchant la démolition d’un monastère menacé à Berthierville.

La ministre a confirmé, jeudi matin, avoir signé une ordonnance protégeant le bâtiment pour une période de 30 jours, le temps que les experts du ministère de la Culture déterminent la valeur patrimoniale du complexe identifié sous le nom d’«Ensemble conventuel des Moniales dominicaines de Berthierville».

Plusieurs médias ont rapporté, mercredi, que les religieuses s’étaient résolues à vendre l’immeuble à un entrepreneur en raison des coûts d’entretien qu’elles ne pouvaient plus assumer.

L’acquéreur s’est ensuite tourné vers la municipalité de Berthierville pour obtenir un permis de démolition. Document qui lui a été accordé lundi, malgré l’opposition de la MRC d’Autray qui considère l’édifice comme faisant partie de son patrimoine religieux.

Nathalie Roy affirme avoir rapidement réagi lorsqu’elle a pris connaissance de la nouvelle dans les médias. Elle aurait immédiatement communiqué avec la députée de Berthier et ministre du Tourisme, Caroline Proulx, puis avec la ministre des Affaires municipales, Andrée Laforest, afin de trouver une solution.

Elle dit s’être rapidement adressée aux fonctionnaires de son ministère pour leur demander: «Qu’est-ce qu’on peut faire pour éviter qu’une bâtisse d’une telle beauté, d’une telle architecture, avec autant d’histoire, qui fait partie de notre patrimoine bâti québécois se retrouve sous le pic des démolisseurs?»

La ministre s’est prévalue de l’article 76 de la Loi sur le patrimoine culturel qui lui permet de décréter une ordonnance de 30 jours pour éviter «que ne s’aggrave la menace pour le bien» si elle juge «qu’il existe une menace réelle ou appréhendée que soit dégradé de manière non négligeable un bien susceptible de présenter une valeur patrimoniale».

«J’ai signé une ordonnance disant au propriétaire des lieux, vous ne touchez à rien, vous ne démolissez pas ce magnifique bâtiment», a commenté Mme Roy. Un huissier a dû signifier directement au propriétaire, jeudi matin, l’interdiction d’aller de l’avant avec son projet.

L’article de loi prévoit cependant que l’entrepreneur dispose de dix jours pour faire valoir ses arguments contre l’ordonnance. Celui-ci souhaiterait raser l’immeuble pour faire place à un développement immobilier.

Le Répertoire du patrimoine culturel du Québec, disponible en ligne, indique qu’en date du 4 avril 2019, l’Ensemble conventuel des Moniales dominicaines de Berthierville est sous ordonnance ministérielle.