6500 puits maximum sur Anticosti, dit Arcand

QUÉBEC – Le ministre des Ressources naturelles, Pierre Arcand, a déclaré jeudi que le nombre de puits de forage sur l’île d’Anticosti ne pourrait pas excéder 6500.

M. Arcand a dressé ce constat à la lumière de chiffres qui ont été soumis à la population de l’île lors d’une consultation dans le cadre d’une évaluation environnementale stratégique (ÉES).

Deux scénarios ont été soumis, le premier incluant 6500 puits durant une période de production de 75 ans, le second prévoyant 3900 puits sur une période de 56 ans.

Dans les deux cas, la période de production débuterait en 2020 sur l’île d’Anticosti, où des travaux d’exploration sont en cours en collaboration avec le gouvernement du Québec.

Lors d’un point de presse, jeudi avant une réunion des députés libéraux, M. Arcand a déclaré que les estimations soumises dans le cadre de la consultation sont crédibles.

Selon M. Arcand, dans l’éventualité d’une exploitation, le nombre de puits ne pourra excéder celui qui a été soumis aux citoyens.

«C’est ce que je crois comprendre à travers les études qui ont été faites jusqu’ici au niveau des puits», a-t-il dit.

M. Arcand a affirmé que ces précisions contredisent des spéculations précédentes qui établissaient le nombre de puits entre 15 000 et 16 000.

«D’après ce que j’ai vu comme rapport, il y a des territoires protégés, il y a des endroits où on ne peut pas forer sur l’île», a-t-il dit.

Le chef péquiste Pierre Karl Péladeau a jugé jeudi qu’il était trop tôt pour se prononcer sur le nombre de puits envisagés dans le cadre de la consultation.

«Les études ne sont pas complétées il faudra qu’elles soient complétées, pour qu’on soit en mesure de mieux apprécier la situation, a-t-il dit. Pour l’instant, je pense que c’est prématuré de tirer des conclusions.»

Le chef de la Coalition avenir Québec (CAQ), François Legault, a affirmé que le nombre de puits envisagé est acceptable compte tenu des dimensions et de la population de l’île.

«C’est une île où habitent 240 personnes et ce que je comprends, c’est que tous les habitants sont d’accord avec ça», a-t-il dit

M. Legault a affirmé que le Québec devrait s’empresser d’exploiter les hydrocarbures sur l’île d’Anticosti.

«On doit respecter l’environnement, mais il est temps qu’on se mette à l’oeuvre, a-t-il dit. Je ne comprends pas que ce ne soit pas encore fait et je suis d’accord qu’on avance.»

La députée de Québec solidaire Manon Massé a expliqué que l’exploitation à Anticosti saccagerait l’île.

«J’espère que le gouvernement du Québec va arrêter d’investir notre argent là-dedans, c’est assez», a-t-elle dit.