Adonis Stevenson ne veut rien précipiter contre Dmitriy Sukhotskiy

QUÉBEC – Même s’il vise un K.-O., Adonis «Superman» Stevenson promet de ne rien précipiter dans le ring vendredi soir à Québec contre le Russe Dmitriy Sukhotskiy.

Pour la quatrième défense de son titre mondial WBC des mi-lourds, Stevenson (24-1-0, 20 K.-O.) affrontera un adversaire qu’il connait peu, qui est largement négligé pour l’emporter mais qui espère jouer les trouble-fête au Colisée Pepsi.

Sukhotskiy (22-2-0, 16 K.-O.), un gaillard originaire de Barnaoul en Asie centrale, en sera à son deuxième combat de championnat du monde après une défaite par décision unanime en Allemagne contre Juergen Braehmer pour le titre WBO des mi-lourds en 2009. Doté d’une bonne force de frappe, il n’a jamais visité le plancher, ni ne lui a-t-on passé le K.-O.

En conférence de presse, les deux hommes ont évité les esclandres et les envolées grandiloquentes pour se limiter à des commentaires polis et respectueux l’un pour l’autre.

Surnommé «The Hunter», Sukhotskiy «n’est pas venu en touriste» et va donner tout ce qu’il a pour saisir sa deuxième chance de gagner un titre, a concédé Superman.

Le boxeur de Blainville répète qu’il va envoyer le Russe au plancher, mais n’entrevoit pas un K.-O. rapide. Pas question, a-t-il dit, de se précipiter sur Sukhotskiy comme un fauve affamé. Il entend plutôt se montrer méthodique, couvrir les angles et «travailler» au corps de son adversaire jusqu’à ce que l’ouverture se présente pour l’assaut final.

Homme de peu de mots, s’exprimant par la voix d’une interprète, Sukhotskiy, 33 ans, a dit être fin prêt pour détrôner Superman, si possible par mise hors de combat. Il a ajouté que la présence d’une foule hostile vendredi dans le vieil amphithéâtre de Limoilou n’aura aucun impact sur sa concentration.

Le promoteur, Groupe Yvon Michel (GYM) attend environ 6000 amateurs pour ce gala dont les combats principaux sont télédiffusés sur le réseau américain Showtime.