Agression: Patrick Brazeau plaiderait coupable à des accusations moins graves

OTTAWA – Le sénateur suspendu Patrick Brazeau plaiderait coupable à des accusations de voies de fait et de possession de cocaïne en échange d’une absolution inconditionnelle.

Quelques médias rapportent vendredi que M. Brazeau aurait conclu une entente avec la poursuite, un revirement important dans son procès pour agression sexuelle et voies de fait.

L’affaire remonte à février 2013, dans une résidence de Gatineau. La plaignante soutient que M. Brazeau l’a poussée dans les marches, frappée, étranglée et agressée sexuellement. Le sénateur suspendu avait d’abord plaidé non coupable.

S’il avait été reconnu coupable aux premiers chefs d’accusation, plus graves, il aurait risqué de perdre définitivement son siège au Sénat. L’entente conclue avec la poursuite devrait, à l’inverse, lui éviter un casier judiciaire. Son procès doit reprendre mardi à Gatineau.

Dans une autre affaire, M. Brazeau plaiderait également coupable à une accusation de possession de cocaïne.

Les déboires de M. Brazeau devant les tribunaux ne s’arrêtent pas là, car il fait face à des accusations de fraude et d’abus de confiance en lien avec ses allocations de logement du temps qu’il était sénateur. Son procès sur ses dépenses à la chambre haute doit commencer en mars.