Agressions sexuelles dans l’armée:les mentalités peuvent changer, dit Whitecross

HALIFAX – L’officier supérieur qui codirige l’Équipe d’intervention stratégique des Forces armées canadiennes sur l’inconduite sexuelle est confiante de voir les mentalités changer au sein de l’institution militaire.

La major-générale Christine Whitecross était à Halifax pour assister à une assemblée à laquelle pouvaient participer tous les membres du personnel de la base navale de la ville.

Mme Whitecross et son équipe prévoyaient rencontrer des membres des Forces armées canadiennes dans les 33 bases des Forces canadiennes à l’échelle du Canada. Sa tournée est presque complétée. Elles seront à la base de Longue-Pointe, dans l’est de Montréal, vendredi.

Mme Whitecross soutient que les membres des Forces armées veulent contribuer à éliminer l’inconduite et le harcèlement sexuels dans leurs rangs.

Créée en février, l’équipe dirigera les mesures et les actions à court terme et élaborera les mesures et les actions à long terme requises pour enrayer les comportements sexuels inappropriés. Un rapport devrait être publié au cours de l’automne.

En avril, la juge de la Cour suprême Marie Deschamps avait publié un rapport accablant sur la culture de sexualisation propice aux «incidents graves» et «hostile» aux femmes et aux homosexuels qui règne au sein des Forces armées.