Air India: le seul condamné pour parjure obtient sa libération conditionnelle

VANCOUVER – La seule personne condamnée relativement à l’explosion du vol d’Air India en 1985 a obtenu une libération conditionnelle pour son transfert de la prison à une maison de transition.

Inderjit Singh Reyat a été accusé de parjure en 2006 pour avoir menti à répétition durant son témoignage à un procès sur l’attentat contre Air India, ayant fait 331 morts, la plupart des Canadiens.

Reyat a été reconnu coupable en 2010, et condamné à une peine record de neuf ans de prison, ou sept ans et sept mois en tenant compte du temps qui avait déjà été purgé.

Selon la loi, une libération conditionnelle doit être accordée aux délinquants qui ont purgé deux tiers de leur peine.

Reyat doit respecter plusieurs conditions dans le cadre de sa libération, notamment ne pas avoir en sa possession de la propagande extrémiste et toutes composantes entrant dans la construction d’un engin explosif.

Bal Gupta, dont l’épouse, Ramwati, est morte à bord du vol 182 d’Air India, a affirmé que la libération de Reyat représentait la triste réalité du système de justice pour les familles ayant perdu des êtres chers il y a si longtemps.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.