Allégations de corruption: Wynne soutient ses employés et critique l’opposition

TORONTO – La première ministre de l’Ontario, Kathleen Wynne, a défendu vendredi ses employés visés par des allégations de corruption, critiquant l’opposition pour son «hypocrisie».

Selon le Directeur général des élections de l’Ontario, la chef adjointe du Cabinet de la première ministre, Pat Sorbara, et un autre employé libéral, Gerry Lougheed, auraient enfreint la Loi électorale en offrant un poste à l’ancien candidat Andrew Olivier pour qu’il retire sa candidature de l’élection partielle du 5 février.

La police provinciale enquête aussi pour savoir si Mme Sorbara et M. Lougheed auraient violé le Code criminel.

La première ministre Wynne a indiqué que tant le Parti progressiste-conservateur que le Nouveau parti démocratique (NPD) avaient offert des postes gouvernementaux aux libéraux pour qu’ils se désistent des élections dans le passé. Bien qu’elle n’ait voulu nommer personne, elle a insisté pour dire que cela témoignait de leur hypocrisie. Elle a toutefois martelé que son parti n’avait pas fait d’offre «spécifique» à M. Olivier.

Selon elle, il s’agit simplement de «favoritisme politique» et non d’un «pot-de-vin».

Le chef parlementaire du Parti progressiste-conservateur, Steve Clark, a accusé Mme Wynne de vouloir «détourner l’attention» des enquêtes policières.

Le NPD estime lui aussi que le Parti libéral «tente désespérément» de se distancier des enquêtes. «Elle a lancé des accusations odieuses qui ont jeté de l’ombre sur toute la députation ontarienne», a regretté le chef Gilles Bisson.

Mme Wynne a en outre indiqué qu’elle garderait Mme Sorbara dans son équipe malgré les allégations. «Je ne demanderai pas à quelqu’un de démissionner face à des allégations que je ne crois pas vraies. Accuser des gens d’être des criminels alors que des enquêtes sont en cours n’est pas correct», a-t-elle plaidé.

Les partis de l’opposition ont par ailleurs questionné Mme Wynne sur son présumé rôle dans les événements. «Est-ce qu’elle leur a ordonné d’offrir ce qui semble être un pot-de-vin? Sinon, elle devrait le dire et se débarrasser des pommes pourries», a remarqué le chef par intérim du Parti progressiste-conservateur, Jim Wilson.

Mme Wynne a répété qu’elle avait décidé en novembre que le candidat libéral allait être l’ancien député néo-démocrate Glenn Thibeault, et que M. Olivier avait été informé de la nouvelle.

Or, la transcription d’une conversation qu’a eue Mme Sorbara avec M. Olivier laisse croire qu’il ne le savait pas et que la décision de la première ministre n’avait pas encore été prise.

Le Directeur général des élections de l’Ontario, Greg Essensa, n’a pas le pouvoir de poursuivre des contrevenants, et il a donc référé l’affaire au ministère du Procureur général.

S’ils sont reconnus coupables, les fautifs pourraient se voir imposer une amende de 5000 $. Si leur crime avait été commis «en connaissance de cause», l’amende serait de 25 000 $ ou d’une peine de prison pouvant aller jusqu’à deux ans.

Laisser un commentaire