Appels à la transparence des dépenses des députés du Nouveau-Brunswick

FREDERICTON – Une controverse concernant les dépenses d’un député d’arrière-ban du Nouveau-Brunswick a ouvert un débat public sur les dépenses des politiciens dans la province.

Seul le total des indemnités de fonction réclamées par chaque député est rendu public, au Nouveau-Brunswick, contrairement à d’autres provinces, comme la Nouvelle-Écosse et l’Alberta, où le détail des dépenses est publié.

Des appels ont été lancés pour une plus grande transparence, lorsque le parti progressiste conservateur a affirmé, il y a deux semaines, avoir prêté 5125 $ au député Greg Davis pour payer le loyer de son bureau de circonscription, en 2011-2012, même s’il avait réclamé les 40 000 $ alloués annuellement pour les indemnités.

M. Davis, député de la circonscription Campbellton-Restigouche Centre, a annoncé plus tôt ce mois-ci par voie de communiqué qu’il ne se présenterait pas aux prochaines élections, en septembre, pour des raisons de santé non spécifiées. Il n’a pas répondu à de nombreuses demandes d’entrevues.

Dans son rapport de 2011, la vérificatrice générale Kim MacPherson a révisé les indemnités de fonction mais n’a pas soulevé d’inquiétudes sur le procédé de remboursement utilisé par le bureau du greffier.

Cependant, elle a constaté quelques problèmes concernant la publication des dépenses des ministres, puisque sur les 40 000 $ alloués, seulement 15 000 $ sont traités par le bureau du greffier. Les 25 000 $ restants passent par son ministère.

«Nos études démontrent que moins de la moitié des ministères pourraient répondre à toutes nos questions sur les indemnités de fonction du ministre, et sur le budget prévu et la traçabilité de ces dépenses», a affirmé Mme MacPherson.

Elle a recommandé que tous les remboursements passent par le bureau du greffier. Ce changement n’a pas été appliqué.

L’opposition libérale a déposé un projet de loi demandant au gouvernement de publier en ligne le détail de toutes les indemnités de fonction de ses élus.

La Nouvelle-Écosse a pour sa part commencé à publier sur Internet toutes les dépenses de ses membres à la suite d’un scandale entourant les dépenses des députés qui a fait inculper quatre politiciens pour fraude.