Autochtone mort à l’urgence: la famille de la victime se retire de l’enquête

WINNIPEG – La famille d’un Autochtone de Winnipeg décédé après avoir passé 34 heures à l’urgence d’un hôpital se retire de la prochaine étape de l’enquête publique sur sa mort.

Les proches de Brian Sinclair affirment avoir perdu confiance envers cette enquête qui doit se pencher sur ce qu’ils qualifient de racisme systémique au sein du système de santé.

Deux groupes autochtones ont également annoncé leur retrait.

M. Sinclair était un double amputé qui est mort dans la salle d’urgence du Health Sciences Centre de Winnipeg des suites de complications découlant d’une infection de la vessie qui aurait pourtant pu être soignée.

Lors de la première partie de l’enquête, des témoins ont dit avoir constaté que M. Sinclair se trouvait dans un état de détresse et qu’ils avaient signalé la chose au personnel infirmier, mais que leurs craintes n’avaient pas été prises en compte.

La famille de la victime espérait que l’enquête compterait également un volet d’examen du racisme dans le domaine de la santé, mais le juge Timothy Preston a conclu le mois dernier que son mandat n’était pas aussi large.

De fait, cette deuxième étape se concentrera plutôt sur les patients en surnombre dans les hôpitaux, les délais d’attente et les procédures. Le magistrat a indiqué que les groupes autochtones pourront reprendre leur place dans le cadre de l’enquête s’ils le souhaitent, et déposer des mémoires finaux.