Avortement : les pro-choix gagnent du terrain

Encore aujourd’hui, les provinces n’offrent pas toutes des services d’avortement gratuits avec le même empressement. Tour d’horizon.

Vingt-six ans après la décriminalisation de l’avortement au pays, les Néo-Brunswickoises ont finalement accès, depuis le 1er janvier, à l’avortement gratuit et sans condition.

Jusque-là, seules les interventions jugées médicalement nécessaires par deux médecins étaient couvertes par l’assurance maladie. Sans cette attestation, les femmes devaient se tourner vers la seule clinique privée de la province (aujourd’hui fermée, faute de financement) ou obtenir une interruption de grossesse dans une autre province et à leurs frais. Un avortement coûte de 300 à 1 200 dollars.

Encore aujourd’hui, les provinces ne fournissent pas toutes ce service médical avec le même empressement. Tour d’horizon.

Province ou territoire Nombre de naissances Nombre d’avortements % d’interruptions de grossesse*
Terre-Neuve-et-Labrador 4 552 1 054 19 %
Île-du-Prince-Édouard 1 425 0 0 %
Nouvelle-Écosse 8 729 2 119 20 %
Nouveau-Brunswick 7 028 1 058 13 %
Québec 88 311 25 400 22 %
Ontario 139 673 27 386 16 %
Manitoba 15 699 3 988 20 %
Saskatchewan 14 500 2 015 12 %
Alberta 52 237 13 287 20 %
Colombie-Britannique 43 774 7 128** 14 %**
Nunavut 859 93 10 %
Territoires du Nord-Ouest 692 35 5 %
Yukon 441 145 25 %
Canada 377 920 83 708 18 %

* Avortements pratiqués sur le territoire / ** Données incomplètes
(Sources : Statistique Canada, Institut canadien d’information sur la santé, Fédération nationale de l’avortement)

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie

1 commentaire
Les commentaires sont fermés.

L’Ile du Prince Edouard a adopté la ceinture de sécurité obligatoire dans les véhicules 10 ans après que toutes les autres provinces l’aient adopté… Les insulaires en ont sans nul doute pour un autre 10 ans à attendre pour l’avortement !