«Bains au noir» dans les CHSLD: Barrette menace d’imposer des sanctions

QUÉBEC – Le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, menace de sévir contre les dirigeants du réseau de la santé: si la pratique des «bains au noir» dans les CHSLD ne cesse pas, il y aura des sanctions.

Le ministre a fait cette déclaration mardi, après avoir été informé par le quotidien montréalais La Presse que des bains étaient encore donnés à des aînés par des employés des Centres d’hébergement et de soins de longue durée (CHSLD) hors de leurs heures de travail et payés sous la table, malgré l’envoi d’une directive par le ministère la semaine dernière.

«Les directions sont imputables, a-t-il expliqué. Les gens qui ne font pas le travail pour lequel ils sont bien payés, bien oui, il y aura des sanctions».

«On verra aux évaluations annuelles», a-t-il précisé.

Par contre, pas question d’envoyer des inspecteurs sur le terrain pour attraper les contrevenants la main dans le sac: le ministre dit compter sur les dénonciations.

Après qu’il eut été récemment porté à son attention que des employés de CHSLD offraient aux aînés ce service afin de leur permettre d’avoir un bain de plus par semaine, M. Barrette a fait envoyer la directive. Mardi, il disait toutefois comprendre qu’il pouvait encore y avoir des cas problématiques.

«Ce n’est jamais instantané ces affaires-là. Alors, c’est un peu normal», croit-il.

Toutefois, «la directive, elle est claire».

Le ministre affirme qu’il ne cherche pas à interdire aux résidants de recevoir d’autres soins d’hygiène s’ils désirent payer. Mais il dit vouloir prévenir les conflits d’intérêt qui pourraient survenir lorsque ce sont les mêmes employés qui offrent le bain durant leur horaire de travail et à l’extérieur de celui-ci.

«On n’interdit pas la chose, on demande la transparence», résume-t-il.

Ceux qui veulent plus de bains et qui sont prêts à payer peuvent avoir recours aux services offerts par les entreprises d’économie sociale, suggère-t-il.

Il ne croit pas non plus qu’une norme universelle sur le nombre de bains par semaine pour tous les résidants serait souhaitable. La condition médicale de certains d’entre eux serait incompatible avec une telle norme, dit-il.

Il y a des gens qui ont peur de l’eau, et pour recevoir un bain, il faudrait qu’ils soient médicamentés, a expliqué le ministre de la Santé. Il est d’avis que la situation n’est pas aussi simple qu’elle peut le paraître et qu’il n’y a pas lieu de s’indigner que les aînés reçoivent «seulement» un bain par semaine. Certains d’entre eux préfèrent recevoir des soins d’hygiène à l’éponge, précise-t-il.

Laisser un commentaire