Budget: des mesures sociales pour séduire plusieurs catégories d’électeurs

OTTAWA – Le budget Oliver comprend quelques petites mesures à caractère social, sans doute destinées à séduire les électeurs à l’approche du scrutin du 19 octobre prochain.

Par exemple, Ottawa prolongera les prestations dites de compassion pour ceux qui prennent soin d’un aîné, d’un enfant, d’un conjoint gravement malade ou mourant.

Ces prestations, d’une durée de six semaines à l’heure actuelle, passeront à six mois. Elles pourront être touchées par un travailleur qui doit s’absenter temporairement du travail pour prodiguer des soins à un proche gravement malade et dont le risque de décès est élevé, précise-t-on dans le budget.

Le gouvernement prévoit y consacrer une somme pouvant atteindre 37 millions $ par année. Des fonctionnaires ont affirmé que seulement 6000 travailleurs pourraient s’en prévaloir, selon les critères retenus.

De même, un nouveau crédit d’impôt est instauré pour favoriser l’adaptation du domicile d’une personne handicapée ou aînée. Ce crédit d’impôt non remboursable de 15 pour cent couvrira des dépenses pouvant atteindre 10 000 $ par année, donc un allègement fiscal possible de 1500 $.

Les dépenses admissibles seront celles qui permettent à une personne âgée ou handicapée de demeurer dans son domicile et d’y faciliter ses déplacements ou sa vie quotidienne: installation de barres d’appui, de rampes d’accès, de douches adaptées pour fauteuil roulant, de baignoire avec porte, etc.

Selon les prévisions du ministère des Finances, cette seule mesure réduira les revenus du gouvernement de 180 millions $ entre les exercices 2015-2016 à 2019-2020.

Aussi, comme prévu, le gouvernement fédéral a doublé le montant du crédit d’impôt pour la condition physique des enfants, qui est passé à 1000 $ depuis 2014, et l’a ensuite rendu remboursable en 2015.

Il s’était toutefois engagé, une fois l’équilibre budgétaire rétabli, à instaurer aussi un crédit d’impôt pour la condition physique des adultes. Il ne le fait pas dans le présent budget. Toutefois, il crée un «groupe d’experts chargé d’étudier la portée d’un éventuel crédit d’impôt pour la condition physique des adultes».

Lors de sa conférence de presse, le ministre Joe Oliver a admis qu’il se trouvait ainsi à ne pas respecter un engagement électoral de 2011. «On ne peut pas faire tout et on doit choisir», a-t-il justifié.

Une autre mesure étonne: celle de permettre aux organismes de bienfaisance, surtout aux fondations, d’investir dans des sociétés de personnes «pour mieux diversifier leurs investissements». En plus des organismes de bienfaisance, cette mesure s’applique aux associations de sport amateur enregistrées au Canada.

En matière de logement social, où les intervenants du milieu déplorent depuis des années le peu d’engagements du gouvernement fédéral, son aide est surtout consacrée au logement abordable pour les Premières Nations.

Le gouvernement adopte aussi une mesure qui vise à permettre aux coopératives d’habitation ou aux organismes qui fournissent des logements sociaux de faire un remboursement anticipé de leur prêt hypothécaire contracté auprès de la Société canadienne d’hypothèques et de logement (SCHL), à un taux d’intérêt moindre, en éliminant la pénalité imposée pour remboursement anticipé.

Le gouvernement fait le pari qu’en évitant ces pénalités et en négociant un taux d’intérêt moindre, les bénéficiaires pourront financer les rénovations ou réparations de ces édifices.

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie