Budget du Nouveau-Brunswick: hausse de taxe et coupes dans la fonction publique

FREDERICTON – Le gouvernement du Nouveau-Brunswick a déposé un budget déficitaire qui obligera les contribuables à se serrer la ceinture en 2016-2017.

Le budget de 8,9 milliards $ déposé par le ministre des Finances, Roger Melanson, hausse la taxe de vente harmonisée et les impôts des entreprises, tout en réduisant la taille de la fonction publique, en supprimant plus de 1000 emplois et en privatisant certains services.

«Les mesures sont équilibrées, avec 296 millions $ en réduction de dépenses et 293 millions $ en mesures de revenu», a précisé le ministre.

La province devrait cumuler un déficit de 347 millions $ cette année. D’après les projections, la dette nette doit s’élever à 13,4 milliards $ d’ici la fin mars 2017, soit 18 000 $ par personne — homme, femme ou enfant — dans la province. Le ministre prévoit un retour à l’équilibre budgétaire d’ici 2020-2021.

La taxe de vente harmonisée (TVH) sera haussée de deux points de pourcentage, de 13 à 15, dès le 1er juillet. Cela générera environ 300 millions $ de plus par année.

«Le taux de la TVH du Nouveau-Brunswick sera égal à celui de la Nouvelle-Écosse et légèrement plus élevé que le taux combiné de 14,975 pour cent du Québec», a affirmé le ministre.

Pour adoucir l’impact, le gouvernement offrira des crédits remboursables provinciaux pour les individus et familles à faible revenu.

Les entreprises verront leur taux d’imposition passer de 12 à 14 pour cent.

Les fumeurs devront aussi mettre la main dans leur poche. Les taxes sur les produits du tabac augmenteront de 6,52 cents par cigarette sur les deux prochaines années. Une hausse initiale de 3,26 cents sera en vigueur dès minuit, mardi. La seconde sera appliquée le 1er février 2017.

«Cela portera éventuellement le taux de taxation de 19 à 25,52 cents, comme en Nouvelle-Écosse», a déclaré M. Melanson devant l’Assemblée législative.

Secousses dans la fonction publique

Le gouvernement prévoit aussi une réorganisation majeure des services et de la fonction publique, dans le but d’éliminer les dépenses superflues.

Trente pour cent des postes de gestionnaires, soit 180, seront supprimés. Les fonctions non essentielles du ministère des Transports et de l’Infrastructure seront privatisées, ce qui aura un impact sur près de 200 postes temporaires durant la saison de la construction.

Les 40 centres d’appel de la province seront regroupés en quatre centres administratifs régionaux. Des laboratoires non médicaux seront aussi fusionnés.

Le traversier de Gagetown disparaîtra et les bureaux d’information touristique de Cape Jourimain et de Campobello fermeront en raison de leur faible achalandage.

Au total, 1300 postes seront supprimés de la fonction publique au cours des cinq prochaines années.

«C’est l’opportunité pour le gouvernement de procéder par attrition, de trouver la taille idéale, et de se pencher sur les manières d’offrir un service public plus efficace», a fait valoir le ministre.

Quelques propriétés seront vendues. La gestion du terrain de golf Mactaquac et du camp de pêche du gouvernement Larry’s Gulch sera privatisée.

Le gouvernement a été en mesure d’éviter l’instauration de péages sur les autoroutes et les coupes sévères dans l’éducation et la santé, a-t-il précisé. Toutefois, alors que 200 enseignants prendront leur retraite cette année, seulement 150 seront embauchés pour maintenir ou améliorer le ratio élèves-enseignant.

Laisser un commentaire