Cimenterie de Port-Daniel: le ministre Daoust juge les risques trop lourds

QUÉBEC – Le projet de cimenterie de Port-Daniel-Gascons en Gaspésie fait peser un risque financier trop lourd sur les contribuables, estime le ministre de l’Économie, Jacques Daoust.

Pour une deuxième journée de suite, mercredi, le ministre a soulevé des doutes quant à la viabilité du projet d’un milliard de dollars annoncé en grande pompe par le Parti québécois au pouvoir en janvier dernier.

Le ministre a promis qu’il fera connaître «rapidement» le sort qu’il réserve au dossier.

Le gouvernement Marois a consenti un prêt garanti de 250 millions $ pour la réalisation du projet de cimenterie piloté par Laurent Beaudoin, de Bombardier. Investissement Québec doit aussi y injecter 100 millions $.

La Caisse de dépôt et placement participe également à l’aventure à hauteur de 100 millions $ en capital-actions.

À l’entrée d’une réunion du conseil des ministres, M. Daoust a critiqué le montage financier du projet qui, à son avis, fait assumer une trop grande part du risque au gouvernement du Québec.

Le plan d’affaires pose aussi un problème aux yeux du ministre qui n’est pas convaincu que la production de Port-Daniel prendra le chemin de l’exportation sans faire concurrence aux cimenteries existantes au Québec.

«C’est l’argent des Québécois et cet argent, ce n’est pas notre épargne, on l’emprunte et comme on l’emprunte, je vais faire en sorte qu’on diminue le risque ou on va éliminer ce risque-là tout simplement», a déclaré M. Daoust, un ancien patron d’Investissement Québec.

«Si c’est un bon dossier, le marché institutionnel privé pourra prendre la relève, mais je ne suis pas persuadé dans le moment que le risque que nous prenons est celui qu’il faut prendre», a-t-il ajouté.

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie