Circoncision et viol: Marois refuse de condamner les propos de sa candidate

MONTRÉAL – Pauline Marois «respecte» le point de vue de sa candidate Louise Mailloux selon lequel le baptême et la circoncision constituent «un viol».

En point de presse vendredi dans l’arrondissement montréalais de Pointe-Saint-Charles, la chef du Parti québécois a refusé de condamner les écrits de sa candidate de la circonscription de Gouin, une tenante de la laïcité sans compromis.

Auteure de deux ouvrages sur la question, Mme Mailloux a déjà assimilé le baptême chrétien et la circoncision des jeunes juifs et musulmans à un viol. Interpelée il y a quelques jours par le quotidien La Presse, Mme Mailloux a dit assumer «absolument» ses déclarations passées.

Questionnée pour savoir si elle jugeait acceptables de telles positions, Mme Marois a défendu sa candidate.

«Mme Mailloux a pris depuis longtemps position sur ces questions. Elle a des écrits très éloquents. Ce sont ses propos, je respecte qu’elle ait ce point de vue. Elle est d’accord avec notre projet de laïcité de l’État et j’apprécie son appui en ce sens», a-t-elle dit.

Le chef de la Coalition avenir Québec, François Legault, a réagi en disant que «les propos de Mme Mailloux, si ce n’était pas si triste, on pourrait se bidonner, mais c’est triste».

«Je demande des excuses, a-t-il ajouté. Ça montre que Mme Marois tente de parler de la charte par tous les moyens possibles. Il y a beaucoup de Québécois circoncis et je ne crois pas que ça soit un problème.»

Les commentaires sont fermés.

La circoncision est une excision exercée sur les garçons. Oui, il faut le reconnaître comme un viol également. C’est la vision communautariste que l’on nous propose bien souvent qui est un poison mental. Car toutes les excisions, sur tous les sexes, indépendamment des religions ou des nationalités, devraient être punies. L’admettre ne suffit pas, il faut aussi le montrer à tout le monde et agir en conséquence.