Citations de la journée de dimanche dans la campagne électorale

Voici quelques-unes des meilleures citations de la journée de dimanche dans la campagne électorale au Québec:

—–

«Vous êtes dans la double et la triple hypothèse. Mon option, c’est la réalité. Ceux qui parlent de référendum, c’est de la référentide péquiste. Ils sont obsédés par cela.»

– Le chef libéral Philippe Couillard, répondant aux questions des journalistes sur l’éventualité d’un référendum sur un éventuel renouvellement de la constitution canadienne.

—–

«Je n’ai jamais souhaité une élection référendaire, à ce que je sache c’est Philippe Couillard qui a mis de l’avant le fait qu’il pourrait y avoir une élection référendaire (et) qui a dit que sa priorité en arrivant au gouvernement, ce serait d’aller signer la constitution.»

– La chef du PQ, Pauline Marois, se défendant de vouloir transformer le scrutin en campagne référendaire.

—–

«On me dit que le deal (celui de la cimenterie de Port-Daniel, en Gaspésie) n’est pas closé (sic). Le gouvernement investit 450 millions pour créer 400 emplois, soit plus d’un million par emploi. Je trouve que ça a aucun bon sens. Je vais essayer d’annuler ce projet-là et plusieurs autres annoncés depuis six mois par Mme Marois.»

— Le chef de la CAQ, François Legault, s’engageant à revoir toutes les annonces du gouvernement Marois au cours des six derniers mois.

——

«Parmi les partis en lice, il y a uniquement Québec solidaire qui, de manière claire, pour chaque engagement, explique ce qu’il veut faire et les moyens (pour y arriver) sans atermoiement, sans hésitation y compris pour ce qui est de l’indépendance.»

— Le candidat de Québec solidaire dans Mercier, Amir Khadir, satisfait de la campagne que mène son parti jusqu’à maintenant.

——-

«L’objectif de la conférence de presse aujourd’hui (dimanche) n’est pas d’en faire un enjeu des élections.»

— Le président de la CSN, Jacques Létourneau, en présentant le nouveau front commun syndical pour les prochaine négociations du secteur public.

——-

«Pour l’instant, les Québécois vont décider. C’est leur campagne électorale. Moi, je vais aller voter comme tout le monde.»

— Le chef du NPD, Thomas Mulcair, qui refuse de donner un appui public à un parti politique pendant la campagne électorale québécosie.