Clayton Stoner plaide coupable pour avoir chassé un ours sans permis

ABBOTSFORD, C.-B. – Le défenseur de la Ligue nationale de hockey Clayton Stoner a plaidé coupable d’avoir chassé un ours sans permis en Colombie-Britannique et il a reçu l’interdiction de chasser au cours des trois prochaines années en plus d’écoper une amende de 10 000 $.

Le dossier de Stoner, qui est âgé de 30 ans et qui évolue pour les Ducks d’Anaheim, a été présenté dans une cour d’Abbotsford, en Colombie-Britannique, mercredi, alors qu’il faisait face à un chef d’accusation sous la loi provinciale de la faune pour un incident survenu dans la forêt du grand ours en mai 2013.

L’avocat de Stoner a présenté le plaidoyer à la cour puisque son client était absent.

La Couronne a abandonné quatre chefs d’accusation, incluant avoir volontairement fait une fausse déclaration pour obtenir un permis de chasse, avoir chassé hors-saison et possession illégale d’un animal sauvage mort.

Stoner a reconnu qu’il ne respectait pas les critères pour faire la demande de permis de chasse à l’époque où il jouait pour le Wild du Minnesota.

Selon les documents de la cour, il a fait la demande dans sa ville natale de Port McNeill. Cependant, l’adresse fournie n’était pas celle de sa résidence principale, ce que la loi de la faune exige en Colombie-Britannique.

De plus, une personne faisant la demande de permis de chasse au trophée doit avoir habité en Colombie-Britannique pendant au moins six mois lors de la dernière année, ce qui n’était pas le cas pour Stoner en raison de son emploi comme joueur de hockey.

Le geste de Stoner avait provoqué la colère en septembre 2013 quand des photos le montrant avec la tête de l’animal mort dans les mains avaient été publiées par un journal de Vancouver.

Plusieurs activistes soutiennent que Stoner a démontré pourquoi la chasse au trophée devrait être interdite en Colombie-Britannique.

Le nom de Stoner se retrouve présentement sur la liste des blessés des Ducks, mais la LNH amorce sa pause du match des étoiles.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.