Clémence pour un adolescent devenu tétraplégique dans un accident mortel

NEWMARKET, Ont. – Un Ontarien de 19 ans reconnu coupable du meurtre au premier degré d’un policier en 2011 a évité la peine de prison, lundi, le juge estimant que le jeune homme, aujourd’hui tétraplégique à la suite de l’accident mortel, est déjà emprisonné à perpétuité dans son propre corps et qu’il est réhabilité.

Le jeune homme, qu’on ne peut identifier, était âgé de 15 ans lorsqu’il a été intercepté pour excès de vitesse par l’agent Garrett Styles, de la Police régionale de York, au volant d’une fourgonnette, sans permis de conduire, en juin 2011, au nord de Toronto. Au procès, on a appris que l’adolescent avait subtilisé la fourgonnette de ses parents à leur insu et sans leur permission, comme il l’avait déjà fait dans le passé.

Selon la police, l’agent Styles se trouvait à côté du véhicule lorsque le jeune conducteur a soudainement accéléré pour prendre la fuite, craignant, semble-t-il, les foudres de ses parents. Le policier, qui s’est agrippé à la portière, a alors été traîné sur une distance d’environ 300 mètres, avant que le conducteur ne perde la maîtrise du véhicule, qui s’est renversée dans un fossé. Le policier a alors été écrasé par la fourgonnette et le chauffard est aujourd’hui tétraplégique à la suite de l’accident.

L’avocat de la défense avait demandé la clémence de la cour, plaidant que le jeune homme est déjà bien assez puni; la Couronne recommandait cinq ans de garde en milieu ouvert, dans un établissement adapté pour les fauteuils roulants, et quatre ans de surveillance dans la collectivité.

Le juge Alex Sosna a abondé dans le sens de la défense, et n’a pas condamné le jeune homme à la détention. Il a par ailleurs ordonné une surveillance conditionnelle de neuf ans. L’adolescent devra aussi prononcer publiquement des allocutions, trois fois par année au cours des quatre prochaines années, pour raconter les circonstances de son accident et dissuader les jeunes.

Le juge Sosna a tenu compte de plusieurs facteurs atténuants: l’âge du garçon au moment de l’accident mortel, l’absence d’antécédents, la bonne réputation dont jouissait l’adolescent à l’école, le soutien indéfectible de sa famille et, bien sûr, sa condition «catastrophique» de tétraplégique.

Le juge a estimé que l’adolescent, en voulant fuir les lieux, n’avait pas souhaité, «par son geste irrationnel», tuer le policier. Le juge Sosna a par ailleurs mis en doute l’aptitude de l’établissement proposé par la Couronne pour s’occuper adéquatement du tétraplégique.

La veuve de l’agent Styles s’est dite extrêmement déçue de la peine imposée. «Mes enfants et moi, qui ne sommes coupables de rien du tout, écopons pourtant d’une peine à perpétuité: vivre sans la présence de Garrett», a indiqué Melissa Styles dans un communiqué.

Les parents du policier se sont dits aussi déçus de la clémence du tribunal. «Pour nous, cette peine ne veut absolument rien dire», a déclaré son père, Gary. Lui-même ancien policier, il craint que cette peine n’ouvre la porte à plus de tragédies semblables impliquant des policiers.

Le chef de la Police régionale de York, Eric Jolliffe, s’est lui aussi dit déçu. «Au-delà de l’état de santé de l’accusé, cette peine ne reflète pas le principe d’imputabilité prévu dans la Loi sur le système de justice pénale pour les adolescents, pas plus qu’elle ne répond aux attentes des proches et des collègues de Garrett.»