Conseil supérieur de l’éducation: avis sur l’anglais langue seconde

QUÉBEC – L’avis du Conseil supérieur de l’éducation, qui rejette l’enseignement obligatoire de l’anglais intensif en 6e année, a été bien reçu par la Fédération autonome de l’enseignement.

Dans un communiqué diffusé mercredi, le regroupement de huit syndicats d’enseignants dit partager les réserves exprimées par le Conseil supérieur de l’éducation.

Dans un rapport rendu public, l’organisme écrit que cet enseignement intensif exige des aménagements différents selon les contextes, les milieux et les régions. Le CSE propose des améliorations au programme si le gouvernement veut qu’il atteigne ses objectifs.

Le Conseil observe que le programme d’anglais, langue seconde, est ambitieux mais qu’en revanche, le temps consacré n’est pas suffisant et n’est pas réparti de façon optimale. De plus, à son avis, les approches pédagogiques seraient encore trop souvent centrées sur la grammaire alors que l’on devrait d’abord développer en langue seconde des automatismes et des compétences à l’oral.

Le Conseil supérieur de l’éducation signale aussi que les spécialistes et les titulaires affectés au programme intensif doivent être adéquatement formés et soutenus pour enrichir le programme d’anglais. De plus, ils devraient être en mesure de répondre aux besoins de tous les types d’apprenants.

Si ces conditions ne sont pas réunies, le Conseil estime que l’enseignement intensif ne devrait pas être obligatoire.

Il recommande au gouvernement, en revanche, de soutenir les écoles qui souhaitent l’implanter pour leur permettre de respecter les conditions nécessaires, en particulier dans les régions où les contacts avec l’anglais en dehors de l’école sont rares.

Le Conseil estime qu’il faut aussi soutenir les écoles qui ont choisi d’autres moyens de bonifier leur programme d’anglais.

L’organisme ajoute que le développement des compétences en langue seconde peut aussi s’appuyer sur des activités parascolaires ou culturelles, des camps d’été et des échanges linguistiques, notamment.

Réagissant à cet avis, la Fédération autonome de l’enseignement a dit estimer que le Conseil supérieur de l’éducation «voit juste».

La FAE rappelle que pour plusieurs jeunes Québécois, le français est une deuxième ou troisième langue. «Dans ce contexte, rendre obligatoire l’anglais intensif relèguerait l’apprentissage de la langue d’enseignement au second rang et diminuerait ainsi la possibilité d’acquérir les habiletés nécessaires en français», a dit estimer le président de l’organisation syndicale, Sylvain Mallette.

«C’est par la maîtrise de la langue française et des autres matières scolaires que les enfants accèdent à un bagage culturel commun», juge la Fédération autonome de l’enseignement.

Les plus populaires