Cybercriminalité: le commissaire de la GRC avertit le ministre Blaney

OTTAWA – Le commissaire de la Gendarmerie royale du Canada (GRC) a discrètement proposé au ministre fédéral de la Sécurité publique, Steven Blaney, que le gouvernement en fasse davantage dans sa lutte à la cybercriminalité.

Dans une lettre qu’il a expédiée au ministre, le commissaire Paulson a écrit que la cybercriminalité représentait une menace croissante, qu’elle nuisait à l’économie du pays et qu’elle posait de plus en plus de risques pour les Canadiens.

Bob Paulson constate que l’une des stratégies d’Ottawa est de renforcer la capacité des agences gouvernementales dans leur lutte à la cybercriminalité et de fournir aux Canadiens des informations afin qu’ils se protègent davantage. Il suggère d’aller encore plus loin dans ces directions.

La lettre du commissaire Paulson a été obtenue par La Presse Canadienne en vertu de la Loi d’accès à l’Information. Elle a été transmise au ministre Blaney peu après sa nomination à la Sécurité publique, en juillet dernier.

Les crimes commis à l’aide de l’informatique que le commissaire identifie comme étant en croissance inquiétante sont l’exploitation des enfants, l’intimidation, la fraude par télémarketing, le vol d’identité et de propriété intellectuelle, le blanchiment d’argent et le trafic de biens illicites.

Il ajoute que de nouveaux phénomènes, tels le paiement de factures en ligne et la circulation d’informations par téléphones intelligents, procurent de plus en plus d’opportunités aux criminels.

Rob Paulson constate qu’il y a un trop grand écart entre l’usage de l’Internet par les malfaiteurs et la capacité de la GRC de les contrer. Le travail de la police fédérale a besoin d’un financement plus important, pense-t-il.

La lettre du commissaire milite aussi en faveur d’une plus grande collaboration entre les corps policiers du Canada et avec ceux de l’étranger en matière de cybercriminalité.

Le ministère de la Sécurité publique n’a pas encore réagi aux avertissements du commissaire de la GRC.