Davie invite les candidats fédéraux à voir son futur navire ravitailleur

LÉVIS, Qc – À quelques jours de l’élection fédérale, le chantier naval Davie a invité les candidats, mardi, à voir de leurs yeux le navire que l’entreprise veut transformer en ravitailleur pour l’armée canadienne.

Aucun contrat n’a été conclu, mais le gouvernement fédéral a signé le 31 juillet dernier une lettre d’intention qui donne à Davie le mandat de débuter les travaux.

Après une conférence de presse de l’entreprise, sur un quai du chantier situé au bord du fleuve entre Québec et l’île d’Orléans, le directeur du projet de conversion, Spencer Fraser, a affirmé que les grandes lignes du contrat, qui permettra à la marine de louer le navire une fois les travaux complétés, sont esquissées.

Le navire est la propriété de Project Resolve, une filiale d’Inocea, l’entreprise qui est propriétaire de Davie Canada, a indiqué M. Fraser.

«Nous avons eu du support du gouvernement pour commencer le travail, je ne peux pas donner de chiffres, mais disons que nous avons une très bonne relation avec le gouvernement, a-t-il dit. Évidemment quand il faut acheter un bateau, ça coûte de l’argent.»

M. Fraser a expliqué que la campagne électorale, déclenchée le 1er août, a empêché la conclusion du contrat, dont la valeur oscillera entre 200 millions $ et 400 millions $.

Député conservateur sortant de Lévis-Bellechasse, le ministre de la Sécurité publique, Steven Blaney, a affirmé qu’il attendait ce moment depuis plusieurs années.

M. Blaney ne s’est pas prononcé sur la part des contrats fédéraux de construction navale qui, ces dernières années, ont été en grande majorité octroyés à des concurrents du chantier de Lévis.

«Présentement, le dernier contrat, qui est en voie d’être octroyé, l’est au chantier Davie, a-t-il dit. Je dois vous dire que je suis très fier, à toutes les étapes, d’avoir participé aux efforts de relance du chantier et aujourd’hui on a le résultat.»

Le porte-conteneurs Astérix, qui appartenait à un armateur grec, a été acheté en août dernier par l’entreprise. Les travaux de conversion devraient être complétés à l’été 2017.

Le candidat néo-démocrate dans Lévis-Bellechasse, Jean-Luc Daigle, a déclaré que cette opération était une manoeuvre électoraliste destinée à faire pression sur les candidats afin qu’ils s’engagent envers le projet.

M. Daigle a affirmé que Davie doit être confiante d’obtenir le contrat puisque l’achat du navire porte-conteneurs a été conclu.

«On sent qu’il y a de l’électoralisme là-dedans, de toute façon toute la campagne, et la durée incroyable de cette campagne, a fait en sorte qu’il y a eu beaucoup d’électoralisme», a-t-il dit.

Sans prendre d’engagement envers le contrat de Davie, le NPD souhaite une attribution équitable des contrats, a indiqué le néo-démocrate.

Le candidat bloquiste Antoine Dubé a pour sa part estimé que la valeur du contrat sera faible comparativement aux 33 milliards $ de contrats navals octroyés ces dernières années aux concurrents de Davie.

«Ça reste un contrat de location à court terme, a-t-il dit. Ça apporte de l’ouvrage, bravo, maintenant par rapport aux 33 milliards $, pour moi, ce n’est pas suffisant pour compenser.»

En vertu de la proposition de Davie, le seul engagement du gouvernement fédéral se limitera à payer la location du bateau lorsqu’il sera prêt, a affirmé M. Fraser.

«C’est ce qui est vraiment innovateur avec ce qu’on a proposé parce que ce que nous avons dit au gouvernement, c’est: vous commencez à payer le jour où on est prêts à livrer le service de ravitaillement à la marine, a-t-il dit. Pour l’instant, les citoyens canadiens ne dépenseront pas d’argent jusqu’à ce qu’on soit prêt.»

Exploité par un équipage civil, à qui s’ajouterait un groupe de militaires chargé des missions, le ravitailleur pourra être chargé de pétrole et de nourriture, en plus de servir d’hôpital dans des missions humanitaires, a indiqué M. Fraser.

Le candidat libéral Jacques Turgeon a affirmé que son parti voit d’un bon oeil le projet de reconversion mené par Davie.

«Je pense que ce serait une entente qu’il serait possible de respecter si elle respecte toutes les normes», a-t-il dit.

Laisser un commentaire