Déchets radioactifs près du lac Huron: pas de décision avant le scrutin

TORONTO – La décision de la ministre fédérale de l’Environnement d’attendre au-delà des prochaines élections pour approuver ou non un projet d’enfouissement de déchets radioactifs près du lac Huron révèle combien ce dossier est politique, soutiennent des opposants.

Dans une déclaration publiée plus tôt cette semaine, le représentant américain Dan Kildee avait indiqué qu’il profiterait de ce délai pour exercer des pressions pour trouver un nouvel emplacement. Selon lui, la décision de la ministre démontre à quel point le projet est controversé tant au Canada qu’aux États-Unis.

Le mois dernier, l’Agence canadienne d’évaluation environnementale avait conclu que le projet de stockage dans des couches géologiques profondes était la meilleure façon de s’occuper des déchets radioactifs. Selon elle, le projet n’est pas susceptible de causer des effets environnementaux négatifs importants, comme le soutiennent de nombreux opposants.

La ministre Leona Aglukkaq avait jusqu’au 3 septembre pour réagir au rapport de l’agence, une date qui aurait pu coïncider avec le déclenchement des élections fédérales. Elle a annoncé, la semaine dernière, que le délai de 120 jours était prolongé jusqu’au 2 décembre 2015, bien au-delà du scrutin.

Beverly Fernandez, du groupe «Stop The Great Lakes Nuclear Dump» soutient que les Canadiens méritent de savoir la position des députés sur cet enjeu «intergénérationnel non partisan». Selon elle, une campagne électorale aurait été une excellente occasion d’en débattre.

Mme Aglukkaq soutient que le délai permettra aux parties intéressées de «commenter les conditions potentielles liées aux mesures d’atténuation et aux exigences en matière de suivi qui pourraient s’avérer nécessaires si le projet est autorisé à aller de l’avant».

«Selon nous, la population doit avoir la possibilité de donner ses commentaires, des commentaires qui seront pris en considération au moment de la décision finale», a affirmé une porte-parole de la ministre, Ted Laking, dans un courriel, mercredi.