Démantèlement d’un laboratoire de fentanyl: une autre perquisition

MONTRÉAL – L’enquête sur le démantèlement d’un laboratoire clandestin à Dorval, où était possiblement fabriqué du fentanyl, a mené les policiers à effectuer une autre perquisition dimanche matin, cette fois à Montréal-Nord.

Vers 7h, les policiers ont investi un local commercial de la rue Monselet près de l’avenue Leblanc qui était fréquenté par un suspect arrêté vendredi.

Les enquêteurs de la division du crime organisé et l’escouade anti-gang du SPVM ont fait appel à leurs collègues de la Sûreté du Québec (SQ) pour assurer la sécurité des lieux.

Manuel Couture, relationnniste pour le Service de police de la Ville de Montréal, explique que la SQ détient les installations et l’équipement nécessaires pour ce type d’intervention. Des substances potentiellement très dangereuses avaient été trouvées samedi lors du démantèlement du laboratoire de drogue de synthèse situé sur l’avenue Lajoie à Dorval, a-t-il précisé.

Les policiers n’ont toutefois trouvé aucune matière dangereuse à l’intérieur du commerce lors de la perquisition menée dimanche.

Le suspect dans cette affaire, Éric Tremblay, âgé de 41 ans, a été accusé samedi au Palais de justice de Montréal de deux chefs soit production de drogue et possession de drogue dans le but d’en faire le trafic.

Les enquêteurs avaient effectué une autre perquisition dans ce dossier, cette fois samedi, au domicile du suspect situé sur la rue Hubert-Aquin à Laval.

Le fentanyl est 50 à 100 fois plus puissant que la morphine. Selon les experts, il est dans une classe à part par rapport à tous les autres narcotiques contrefaits qui circulaient par le passé, comme l’ecstasy.

Des responsables de la santé publique au Canada évaluent qu’au mois 655 personnes seraient décédées après avoir consommé ce puissant opioïde depuis 2009.

D’autres accusations pourraient survenir dans ce dossier.