Des chercheurs identifient un lien entre l’autisme et la pollution atmosphérique

MONTRÉAL – Les enfants atteints du trouble du spectre de l’autisme sont plus susceptibles que les autres d’avoir été exposés à certains polluants atmosphérique pendant la grossesse de leur mère et pendant leurs deux premières années de vie, affirment des chercheurs américains.

La docteure Evelyn Talbott, de l’Université de Pittsburgh, et ses collègues ont notamment détecté un lien entre l’autisme, le chrome et le styrène.

Les enfants qui avaient été les plus exposés à ces deux produits étaient de 1,4 à deux fois plus susceptibles que les autres de souffrir du trouble du spectre de l’autisme — même en tenant compte de l’âge de la mère, de son tabagisme, de son origine ethnique et de son degré d’éducation.

Le styrène est utlisé dans la production de plastiques et de peintures, mais est aussi produit par la combustion de l’essence dans les voitures. Le chrome est un métal lourd qui émane parfois d’usines ou de centrales énergétiques.

Le cyanure, le dichlorométhane, le méthanol et l’arsenic ont aussi été mis en cause. Ces quatre produits sont utilisés par de multiples industries et se retrouvent dans les gaz d’échappement des voitures.

Les conclusions de cette étude ont été présentées dans le cadre d’un congrès scientifique à Orlando, en Floride, plus tôt cette semaine.

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie