Des étudiants bâtissent une serre au Nunavut pour cultiver des légumes

TORONTO – Un groupe d’étudiants universitaires a complété la construction d’une serre au Nunavut afin de pouvoir fournir des aliments à moindre coût à la population locale.

Ben Canning, qui étudie à l’Université Ryerson de Toronto, revenait tout juste, vendredi, du village de Naujaat, où il a participé à l’érection de la structure ressemblant à un igloo.

Les habitants de la région ont d’abord accueilli l’idée avec scepticisme, a raconté le jeune homme de 20 ans, y voyant «encore d’autres Blancs» empressés de venir les aider. Mais une fois que les étudiants ont commencé à mettre en place la serre, ils ont peu à peu changé d’avis.

Maintenant, ils ont surnommé l’installation «l’igloo vert», a indiqué M. Canning, qui a été très heureux de constater que les villageois s’étaient approprié le projet.

«L’igloo vert» est un dôme géodésique constitué de panneaux de polycarbonate triangulaires. L’équipe de quatre étudiants retournera à Naujaat, qui s’appelait Repulse Bay avant de changer de nom le 2 juillet, en mars afin de terminer l’intérieur de la serre et d’installer le système hydroponique qui permettra de faire pousser des plantes.

Puis, en avril, ils planteront des végétaux comestibles, dont des tomates, des concombres et des pommes de terre. Stefany Nieto, une camarade de classe de Ben Canning à l’École de gestion Ted Rogers de l’Université Ryerson, a entrepris d’organiser un club de cuisine pour les femmes du village afin qu’elles se réunissent une fois par semaine pour mitonner des petits plats à partir des aliments produits par la serre.

Des élèves de 9e et 10e année de l’école Tusarvik utiliseront aussi une partie de la structure dans le cadre de leurs études.

La construction de la serre, qui a duré une semaine, est le fruit des efforts déployés par M. Canning et Mme Nieto au cours des deux dernières années. Les deux étudiants voulaient s’attaquer à un problème social touchant des Canadiens et, après quelques recherches, ont choisi la rareté de la nourriture dans le Grand Nord.

Dans des endroits comme Naujaat, les aliments sont extrêmement dispendieux puisque le climat rend leur production sur place difficile et qu’ils doivent donc être expédiés depuis le sud par avion ou par bateau.

L’équipe derrière la serre fait partie d’Enactus, une organisation internationale qui met en contact des étudiants, des professeurs et des spécialistes du monde des affaires afin d’améliorer les conditions de vie par le biais de l’action entrepreneuriale.

Stefany Nieto a passé un mois au Nunavut en août pour préparer la construction. La jeune femme de 21 ans a indiqué que le groupe avait recruté des femmes pour s’occuper à temps plein de la serre, mais qu’il tentait toujours de trouver du financement afin de leur verser un salaire.

L’érection de la structure ne s’est pas faite sans heurt. Le début des travaux a été repoussé d’une semaine parce que le navire qui transportait les matériaux a dû attendre la fonte des glaces. L’équipe a également été contrainte de se contenter de deux perceuses, en plus d’affronter une tempête ayant laissé 45 centimètres de neige.

Baptisé «Growing North», le projet est un organisme sans but lucratif. Si tout va bien, les étudiants aimeraient bien répéter l’expérience dans les collectivités voisines.

Laisser un commentaire