Des étudiants en colère contre le recteur veulent occuper un pavillon de l’UQAM

MONTRÉAL – Quelques centaines de personnes ont occupé le pavillon J.-A.-DeSève de l’Université du Québec à Montréal afin de protester contre l’intervention policière survenue dans les locaux de l’établissement en après-midi ayant entraîné l’arrestation de 22 personnes.

Voulant demeurer sur place pendant toute la nuit, ils ont commencé à se barricader en plaçant des grandes planches de contreplaqué et des tables aux principales entrées. Certains ont aménagé des dortoirs» ou des «cuisines». Le tiers d’entre eux étaient masqués afin de ne pas être identifiés par les caméras de surveillance. Pendant tout ce début de tumulte, d’autres étudiants suivaient, sans être dérangés, leur cours.

A la sortie des cours, vers 21 h, ces étudiants ont pu se faufiler entre les obstacles pour quitter les lieux pendant que régnait une atmosphère plutôt bon enfant.

D’autres étudiants ont demandé à leurs collègues ou aux médias de cesser d’afficher, sur les réseaux sociaux, des photographies de ce qui se déroulaient à l’intérieur de l’UQAM.

Devant la tournure des événements, certains membres de l’assistance ont fait preuve d’hésitation. Ils sont parvenus à convaincre les plus radicaux à attendre une certaine période de temps avant de bloquer l’accès à ce pavillon de l’UQAM en plaçant divers obstacles dans les entrées ou aux paliers de certains escaliers. Mais peu après 21 h 20, des gens masqués ont commencé à garder les accès pendant que les autres parlaient, mangeaient et écoutaient de la musique.

«Ce soir, on ne se réunit pas seulement pour protester mais aussi pour se réapproprier ce lieu qui est un lieu d’enseignement, pour réparer le tort qui a été causé (mercredi)», a expliqué un des occupants.

Certains ont choisi de quitter. «Je les appuie, mais moi, je pars, ça ne peut pas bien finir», a lancé un autre étudiant.

En début de soirée, une délégation comptant des étudiants et des chargés de cours avait tenté de convaincre le recteur Robert Proulx de renoncer à l’injonction empêchant les étudiants grévistes de lever les cours et de cesser de faire appel aux forces policières à l’intérieur de l’UQAM.

Selon une des membres de cette délégation, Sandrine Ricci, chargée de cours au département de sociologie et étudiante en doctorat, le recteur a exprimé une fin de non-recevoir à ces demandes.

Le refus du recteur a provoqué la colère de l’assistance qui a voté en faveur de l’occupation nocturne du pavillon au cours d’une assemblée improvisée.

Peu avant 22 h, le recteur a publié un communiqué pour justifier sa décision de faire appel aux policiers. «Les agissements observés (mercredi), qui sont l’œuvre d’une minorité, sont inacceptables et l’Université les condamne avec force. C’est en gardant à l’esprit sa responsabilité à l’endroit de la sécurité des personnes qu’elle a pris la décision de demander l’assistance du SPVM», a-t-il écrit.

Après avoir expliqué ses raisons, M. Proulx a dit souhaiter que la communauté universitaire oeuvre «collectivement à un retour rapide au calme sur (le) campus».

Un peu avant 20 h, l’Association pour une solidarité syndicale étudiante (ASSÉ) a invité sur sa page Facebook les citoyens à venir apporter de la nourriture aux personnes menant une «occupation» au pavillon J.-A.-DeSève.

A l’extérieur

A l’extérieur du pavillon, un certain nombre de personnes se sont assembléees pour appuyer l’action de leurs camarades sous l’oeil de policiers à vélo.

«En réponse aux arrestations politiques. En réponse aux injonctions. En réponse à la brutalité policière. En réponse à l’instrumentalisation répressive du calendrier scolaire à l’UQAM par l’administration», pouvait-on lire sur le groupe Facebook de la manifestation, celle à l’extérieur. Ils devaient s’assembler au parc Émilie-Gamelin mais ont choisi de venir devant le pavillon J.-A-DeSève.

Aucune manifestation n’était au programme mercredi soir.

Le Service de police de la ville de Montréal (SPVM) a indiqué en début de soirée qu’il se contentait de patrouiller aux abords de l’Université. La police n’intervient à l’intérieur de l’UQAM seulement à la demande des dirigeants de l’institution d’enseignement, a rappelé l’un de ses porte-paroles, Jean-Bruno Latour. La présence policière s’est fait de plus en plus sentir au fur et à mesure que se déroulait la soirée.

Mais plus tard en soirée, le SPVM a refusé de dire s’il avait reçu un appel de la direction de l’UQAM pour déloger les occupants du pavillon J.-A. DeSève.

Quant aux demandes de libérations des personnes arrêtées, la direction de l’UQAM ne peut plus arrêter la machine judiciaire en marche. «Ceux qui ont été arrêtés seront libérés au cours de la soirée avec promesse de comparaître et des conditions. Le processus va suivre son cours. La justice et la police sont totalement indépendantes des discussions qui pourraient y avoir à l’intérieur de l’UQAM», a ajouté M. Latour.