Des télécopies médicales envoyées à des mauvais numéros en Saskatchewan

REGINA – Des informations confidentielles sur des patients de la Saskatchewan ont été télécopiées au mauvais numéro, révèle un rapport du Commissaire à l’information et à la protection de la vie privée.

L’enquête sur les brèches dans la protection des renseignements personnels au sein du réseau de la santé a notamment révélé le cas d’un transgenre dont les moindres détails de la thérapie hormonale ont été télécopiés à une école.

Selon Gary Dickson, la télécopie est un moyen de communication archaïque qui comporte des risques «substantiels».

Les ratés décrits dans le rapport du commissaire Dickson se sont produits en 2012 et 2013, et concernent les renseignements personnels de 1000 patients de la province.

La plupart de ces bévues seraient attribuables à des numéros de télécopieurs erronés ou désuets, et refléteraient des failles dans les politiques, dans les procédures et dans la formation des responsables et des travailleurs de la santé, soutient le commissaire Dickson.

Un rapport semblable avait été publié en 2010, après plusieurs fuites d’informations confidentielles sur des patients. Des recommandations avaient été faites mais beaucoup de responsables du milieu de la santé ont avoué à M. Dickson qu’ils n’avaient jamais entendu parler de ce rapport.

Bien que beaucoup soutiennent que la numérisation des dossiers de santé règlera ces problèmes, le commissaire reste sceptique. «Je pense que les problèmes révélés […] sont largement attribuables à l’insouciance», a-t-il dit.