Deux enquêtes ouvertes après deux interventions policières au Nunavik

MONTRÉAL – Deux enquêtes indépendantes ont été ouvertes dimanche en lien avec des interventions policières qui se sont déroulées en fin de semaine au Nunavik, dans le nord du Québec.

Le plus récent incident concerne une opération policière survenue dimanche à Kangiqsujuaq et impliquant le Corps de police régional Kativik.

Une femme a été arrêtée en état d’ébriété, puis conduite au poste de police, a indiqué Audrey-Anne Bilodeau, porte-parole de la Sûreté du Québec, lors d’un entretien avec La Presse Canadienne.

La dame a ensuite subi un malaise dans sa cellule et l’on craignait toujours pour sa vie en soirée, a soutenu Mme Bilodeau, sans préciser la nature du trouble médical.

Une enquête indépendante sur cet événement a été déclenchée et confiée à la Sûreté du Québec, a confirmé en fin de journée la ministre de la Sécurité publique, Lise Thériault, dans un communiqué.

En vertu de la politique ministérielle, une enquête est ouverte chaque fois qu’une personne meurt ou subit des blessures pouvant causer la mort à l’occasion d’une intervention policière ou durant sa détention par un service de police.

«L’enquête sur cet événement doit être effectuée par le service de police désigné afin d’assurer l’impartialité de celle-ci», a ajouté le ministère de la Sécurité publique.

Seconde enquête

Une autre enquête a été ouverte, cette fois concernant un événement impliquant la Sûreté du Québec.

Des policiers de la Sûreté du Québec ont tiré samedi soir sur un homme qui était barricadé depuis plus de 26 heures à Umiujaq, au Nunavik.

Les agents avaient été appelés à intervenir dans une résidence vendredi soir, vers 21h30, pour une affaire de voies de fait. À leur arrivée, les policiers ont été la cible de coups de feu tirés par l’individu. Ils n’ont toutefois pas été atteints.

Pendant qu’il était barricadé, l’homme a de nouveau fait feu sur les policiers.

Vers 23h30, samedi soir, l’intervention a pris fin lorsque les policiers ont atteint l’individu menaçant d’au moins un projectile au haut du corps. Sa vie n’est cependant pas en danger.

L’enquête indépendante a été confiée au Service de police de la ville de Montréal (SPVM).

Laisser un commentaire