Droits de scolarité: les étudiants français devront payer trois fois plus cher

QUÉBEC – Les étudiants français qui choisissent de fréquenter une université québécoise devront eux aussi faire leur part pour aider le gouvernement Couillard à équilibrer son budget.

Dès septembre 2015, les Français intéressés à étudier au Québec verront leurs droits de scolarité pratiquement tripler, passant de 2300 $ à 6650 $.

Malgré cela, ils conserveront un statut particulier, car les étudiants étrangers en provenance d’autres pays doivent quant à eux débourser entre 12 725 $ et 15 725 $.

Grâce à la révision à la hausse des droits de scolarité exigés des Français, Québec espère épargner quelque 30 millions $ par année.

Le Québec accueille actuellement 12 000 étudiants français dans ses universités. À l’heure actuelle, il en coûte 120 millions $ au trésor public québécois pour former ces étudiants, et on a jugé que c’était beaucoup trop.

L’annonce a été faite jeudi par la ministre des Relations internationales, Christine St-Pierre, en indiquant que Québec avait conclu une entente de principe dans ce dossier, après de longs mois de négociations. La nouvelle entente vient remplacer celle signée en 1978 entre le Québec et la France.

Québec vise en contrepartie à faciliter l’accès des étudiants québécois aux grandes écoles françaises, mais cette portion de l’entente reste en suspens pour l’instant.

Car tout indique que la France n’imposera pas aux grandes écoles, qui exigent des droits d’entrée très élevés, d’accueillir un certain nombre d’étudiants québécois chaque année. Ces institutions de haut savoir et de grande réputation seront plutôt «incitées» à leur ouvrir davantage les portes, sans plus.

Ceux parmi les étudiants français qui sont déjà inscrits dans une université québécoise pourront continuer à profiter de l’ancien tarif.

Quant à eux, les étudiants français rendus au deuxième et au troisième cycle, donc de niveau maîtrise ou doctorat, pourront eux aussi bénéficier du même bas tarif que les étudiants québécois. Ils sont environ 4000 dans cette situation.

En payant désormais 6650 $ pour étudier au Québec, les Français de premier cycle universitaire auront donc droit désormais au même traitement que les étudiants des autres provinces canadiennes inscrits dans les universités québécoises.

«On considère que ces tarifs qui sont proposés maintenant sont des tarifs qui sont très avantageux par rapport à toutes les universités en Amérique du Nord», a fait valoir Mme St-Pierre, en point de presse, en insistant sur le fait que les étudiants français maintenaient un statut privilégié en s’instruisant au Québec.

Elle a dit qu’elle ne croyait que la nouvelle grille des droits de scolarité allait influencer la décision des étudiants étrangers et risquer de diminuer le nombre d’inscriptions dans les universités du Québec.

Laisser un commentaire