Éducation sexuelle en Ontario: les libéraux critiquent les conservateurs

TORONTO – Le gouvernement libéral ontarien a vivement critiqué une députée conservatrice fédérale qui a laissé entendre que la réforme du cours d’éducation sexuelle allait mettre en danger les enfants.

La députée de Renfrew—Nipissing—Pembroke, dans la région d’Ottawa, Cheryl Gallant, a pressé le Parlement de renforcer les sanctions contre les prédateurs d’enfants, estimant que les «changements profonds» dans le cours d’éducation sexuelle rendaient de telles dispositions nécessaires. Selon elle, il faut que le gouvernement abroge cette loi pour éviter que des enfants subissent de «l’exploitation».

La ministre de l’Éducation Liz Sandals a dénoncé les commentaires de Mme Gallant, affirmant qu’ils sont «faux et trompeurs». Elle a encouragé les progressistes-conservateurs provinciaux à se distancier de ses propos.

Les trois candidats à la direction du Parti progressiste-conservateur avaient quant à eux déploré que le gouvernement libéral ne consulte pas davantage les parents avant de mettre en place le nouveau curriculum.

Mme Gallant a par ailleurs demandé au chef du Parti libéral du Canada Justin Trudeau d’inciter sa collègue, la première ministre Kathleen Wynne, à abandonner sa réforme au nom «des parents, des grands-parents et de leurs enfants vulnérables».

«Nous demandons au chef du parti fédéral d’ordonner le retrait immédiat de cette politique scandaleuse», a-t-elle plaidé.