Élections en Ukraine: les observateurs électoraux canadiens sont optimistes

OTTAWA – Les observateurs électoraux canadiens se disent généralement optimistes quant à l’équité et la justesse des élections législatives ukrainiennes qui se sont tenues dimanche.

L’équipe d’observateurs a salué le processus démocratique auquel se sont livrés les Ukrainiens.

Les partis pro-européens ont été les grands gagnants des élections législatives. Il s’agit d’un revers pour la Russie, qui a déployé plusieurs efforts pour contrôler l’Ukraine. Le pays de Vladimir Poutine, qui appuyait les rebelles de l’est du pays, avait aussi accepté l’annexion de la Crimée.

Les observateurs ont toutefois signalé leur inquiétude concernant les stations de télévisions du pays, qui sont gérées par de riches oligarques qui utilisent ces médias pour promouvoir leurs intérêts personnels.

Le président ukrainien Petro Porochenko lui-même possède une station de télévision, Channel 5, qu’il ne compte pas vendre malgré sa position délicate.

Il a toutefois annoncé qu’il se départirait de ses autres actifs.

Selon le rapport préliminaire de la mission canadienne, qui a envoyé 200 observateurs lors de ce scrutin, la propriété de Channel 5 a suscité la controverse durant la dernière campagne électorale. Toutefois, selon eux, ce sont les Ukrainiens qui seront appelés à trancher sur cette question et pas le Canada.

«La plupart des stations de télévision vont favoriser un candidat ou un autre. Mais il y a plusieurs stations différentes qui opteront pour différents candidats (…) Ce n’est pas tellement différent de l’environnement médiatique au Royaume-Uni et au Canada il y a 100 ans, lorsque les journaux s’identifiaient clairement pour un candidat ou un autre et que le biais éditorial était assez évident», a expliqué Yaroslav Baran, porte-parole de la mission canadienne.

Le porte-parole de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) a lui aussi indiqué qu’il s’agissait d’un enjeu à débattre, mais à l’intérieur du pays.

«Il y a un certain degré de pluralité dans le système médiatique. Les électeurs ont donc à leur disposition plusieurs informations pour faire un choix éclairé (…) La pluralité est assurée par la propriété des médias, divisée entre des groupes qui ont des intérêts différents», a souligné Thomas Rymer, de l’OSCE.

Les plus populaires