Énergie Est serait vital pour l’économie du Nouveau-Brunswick

FREDERICTON – Les tiraillements croissants au pays sur l’oléoduc Énergie Est ne pouvaient venir à un plus mauvais moment pour le Nouveau-Brunswick, qui est déjà éprouvé par une série de coups durs économiques et qui a besoin d’un projet d’envergure pour générer des emplois et des revenus afin de renverser une économie anémique.

L’économiste de l’Université du Nouveau-Brunswick David Murrell a affirmé que les perspectives de l’économie étaient sombres avec la fermeture de la mine de PotashCorp près de Sussex et, désormais, l’opposition à Énergie Est affichée par des municipalités au Québec.

Marie-Christine Bernard, du Conference Board du Canada, a souligné que le Nouveau-Brunswick comptait sur ce projet d’oléoduc devant permettre de transporter le pétrole de l’Alberta vers l’est du pays. Elle a affirmé qu’avec des déficits importants, une population vieillissante, et des jeunes quittant la province pour trouver du travail, le Nouveau-Brunswick avait besoin d’un projet d’envergure s’il voulait avoir autre chose qu’une mince croissance de l’économie.

Le ministre provincial de l’Énergie, Donald Arseneault, a dit craindre de nouveaux reports du projet d’oléoduc, tout en affirmant croire que le projet pouvait aller de l’avant de manière durable.

Le gouvernement du Nouveau-Brunswick livre un discours sur l’état de la province cette semaine, et dévoile son budget la semaine prochaine.

Laisser un commentaire