François Legault appelle les souverainistes du PQ à se rallier derrière la CAQ

QUÉBEC – Les nationalistes du Parti québécois et de la Coalition avenir Québec doivent s’unir sans quoi les libéraux formeront un gouvernement éternel, a déclaré mercredi le chef caquiste François Legault.

M. Legault a lancé un appel aux souverainistes, mais aussi aux libéraux nationalistes, pour qu’ils rejoignent la CAQ afin d’obtenir de nouveaux pouvoirs du gouvernement fédéral.

«Les nationalistes sont divisés en deux clans, au PQ et à la CAQ, et ça permet aux libéraux du statu quo de passer pour toujours, malgré le fait qu’ils n’ont pas de programme économique», a-t-il dit en conférence de presse à l’Assemblée nationale.

M. Legault a estimé que les résultats de la dernière élection fédérale, qui montrent un déclin du vote souverainiste, prouvent la nécessité d’une union des forces nationalistes au sein de la CAQ.

Selon M. Legault, son parti constitue une voie de sortie entre «l’indépendantisme du Parti québécois et le fédéralisme de statu quo du Parti libéral».

«Je pense qu’on est condamnés, s’il n’y a pas de changement, à avoir un gouvernement libéral pour toujours parce qu’il y a une majorité de Québécois qui ne veulent pas de la souveraineté, a-t-il dit. Puis M. Couillard en profite, son programme se résume à être contre la souveraineté du Québec.»

Après avoir longtemps voulu rester au-dessus des divisions fédéraliste-souverainiste, M. Legault a une nouvelle fois donné une indication du virage que la CAQ se prépare à prendre, avec le dévoilement en novembre de sa position constitutionnelle.

«Il faut, à un moment donné, sortir du ‘souverainiste, pas souverainiste’ puis passer à ‘nationaliste versus fédéralisme de statu quo’», a-t-il dit.

Les Québécois «veulent faire des gains pour défendre leur identité», notamment avec des nouveaux pouvoirs en matière de langue et d’immigration, «mais à l’intérieur du Canada», a indiqué le chef caquiste.

«Le défi qu’on a ensemble, et les péquistes et les caquistes, est de rassembler une majorité de nationalistes qui vont faire comprendre à Justin Trudeau puis à tous les chefs fédéraux qu’au Québec on souhaite rapatrier des pouvoirs pour défendre notre identité», a-t-il dit.

La sortie de M. Legault constitue une première riposte de la CAQ au chef péquiste Pierre Karl Péladeau, qui a multiplié les appels du pied aux électeurs caquistes depuis son arrivée en politique.

Mercredi, M. Péladeau, qui souhaite l’unification des forces souverainistes, a néanmoins a précisé que sa proposition est différente.

«C’est un rassemblement pour la souveraineté, ce n’est pas tout à fait pareil, a-t-il dit. Il y a plusieurs souverainistes qui sont nationalistes et il y a des nationalistes qui sont souverainistes. Je ne dirais pas qu’il y a une rivalité, il suit son chemin et puis je suis le mien.»

Selon M. Péladeau, la proposition de M. Legault est impossible à réaliser puisqu’il faudrait des négociations constitutionnelles.

«Il n’a pas nécessairement compris toutes les embûches», a-t-il dit.

Le leader parlementaire du gouvernement, Jean-Marc Fournier, a affirmé mercredi que la question du nationalisme mérite d’être discutée d’une manière plus approfondie que lors d’échanges avec la presse parlementaire.

«Pour nous, c’est clair qu’être Québécois c’est notre façon d’être Canadiens, mais pour M. Legault, sa position à lui c’est: je n’en ai pas encore, a-t-il dit. Alors quand il aura une position, il pourra parler, mais en ce moment, il peut faire des conférences de presse pour dire au monde ce qu’il pense des autres et dire de lui qu’il ne sait pas qui il est.»

Aux journalistes qui lui demandaient une réaction aux propos de M. Legault, dans un corridor de l’Assemblée nationale, M. Fournier a déclaré qu’il est nationaliste.

«Moi je suis un nationaliste québécois qui veut travailler à ce que l’ensemble des Québécois aient une appartenance canadienne plus grande, a-t-il dit. Je crois qu’on peut avoir des identités plurielles, je ne crois pas qu’il y a un nationalisme qui en efface un autre.»

Laisser un commentaire