Grande marche pour l’éducation: les étudiants veulent faire reculer Québec

MONTRÉAL – Pendant que le premier ministre Philippe Couillard et six de ses ministres sont en voyage officiel en France, chez nous des citoyens se sont mobilisés et profité de la belle journée de samedi pour tenir une grande marche à Montréal dénonçant les compressions en éducation.

Leur marche s’est terminée devant le bureau montréalais du premier ministre Couillard, en milieu d’après-midi, où des intervenants ont pris la parole pour dénoncer les mesures d’austérité imposées par Québec.

L’évènement a rassemblé des gens issus des fédérations étudiantes collégiales et universitaires (FEUQ et FECQ), de l’Association québécoise des CPE, des syndiqués de la CSQ tout comme leur présidente Louise Chabot et des élus de l’Assemblée nationale, le porte-parole péquiste en matière de la famille, Mathieu Traversy, et le député de Québec solidaire Amir Khadir.

Avant que la marche ne se mette en branle en début d’après-midi, le président de la FEUQ Jonathan Bouchard a confié à La Presse Canadienne que les participants espéraient non seulement faire reculer le gouvernement Couillard sur les compressions annoncées, mais aussi le convaincre à réinvestir en éducation à l’occasion du prochain budget.

Le président de la FECQ, Alexis Tremblay, prévenait aussi le gouvernement que la pression allait augmenter si Québec continuait de faire la sourde oreille face à leurs revendications, tout en précisant qu’il n’était pas question de répéter l’histoire du Printemps érable 2012.

Pour sa part, le député Amir Khadir affirmait qu’il ne croyait pas que le nouveau ministre de l’Éducation, François Blais, fera les choses bien différemment de son prédécesseur Yves Bolduc.

Le député de Mercier trouvait peu probable que la venue du ministre Blais empêchera les douloureuses compressions dans le réseau de l’éducation à tous les niveaux, du primaire à l’université.

Même son de cloche du chef de la Coalition avenir Québec (CAQ), François Legault, qui a réagi en entrevue téléphonique à La Presse Canadienne alors qu’il faisant campagne avec le candidat de la CAQ dans Richelieu, en Montérégie, en vue de l’élection complémentaire du 9 mars.

M. Legault ne s’attend pas à de grands changements en éducation même sous la férule du ministre François Blais, qui vient de succéder à Yves Bolduc comme ministre.

Pour le chef caquiste, le gouvernement libéral manque de vision. François Legault dit trouver inconcevable les compressions budgétaires dans le milieu de l’éducation alors que les besoins y sont criants.

Quant à la manifestation de samedi à Montréal, elle s’est déroulée sans aucun incident à signaler. Le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) avait reçu l’itinéraire de la marche à l’avance, comme le prévoit le règlement municipal.

Laisser un commentaire