Hydro-Québec demande à la population de réduire sa consommation d’électricité

MONTRÉAL – En raison de la vague de froid qui s’est abattue sur la province, Hydro-Québec anticipe une consommation d’électricité plus importante dans les prochains jours et demande la collaboration de la population pour assurer la fiabilité du service d’électricité.

Hydro-Québec demande plus précisément aux Québécois de faire attention à leur consommation d’électricité aux heures de pointe, soit ce jeudi entre 16h et 20h et vendredi entre 6h et 9h et entre 16h et 20h.

Selon le porte-parole de la société hydroélectrique, Louis-Olivier Batty, l’utilisation de l’eau chaude est un facteur particulièrement important de consommation énergétique.

On conseille également de reporter de quelques heures l’utilisation d’appareils particulièrement énergivores comme la sécheuse et le lave-vaisselle.

Enfin, on suggère aussi de réduire le chauffage d’un ou deux degrés dans l’ensemble des pièces de la maison, surtout celles inoccupées.

M. Batty tient toutefois à préciser que «le réseau d’Hydro-Québec est robuste, donc est prêt à s’assurer de répondre à la demande en électricité des Québécois».

«Lorsqu’il y a des vagues de froid, Hydro-Québec met en place divers moyens pour faire face à cette situation-là, mais afin de se donner une marge de manoeuvre additionnelle, (on) lance un appel à la population», précise M. Batty, qui ajoute que le public se montre généralement ouvert à la collaboration lorsqu’Hydro-Québec fait une telle demande.

Les commentaires sont fermés.

Ah…tiens…et les péquistes qui comptaient sur l’éolien.

Monumental fail!!!

http://www.lapresse.ca/le-soleil/affaires/consommation/201401/03/01-4725470-un-froid-couteux-en-electricite.php

Extrait:

« (Québec) Au même moment où un record de consommation d’électricité a presque été battu jeudi soir, Hydro-Québec a cumulé des importations nettes de 2000 mégawatts (MW) de puissance provenant de l’extérieur de la province. Qui plus est, le réseau éolien n’a fourni que 300 des 2000 MW espérés par la société d’État. »