Impératif français a flatté les uns et tancé les autres en attribuant ses prix

MONTRÉAL – Impératif français a lancé des fleurs à certains… et des pots à d’autres.

Cet organisme, qui se porte à la défense de la langue de Molière depuis maintenant quarante ans, a accordé l’un de ses prix annuels ayant été décernés dimanche au mouvement «Je suis Charlie».

Ce phénomène social, qui a connu une croissance exponentielledans la foulée de l’attentat ayant ciblé la salle de rédaction du journal satirique «Charlie Hebdo», a été salué car son essor a permis de rappeler que «la liberté d’expression est une valeur fondamentale de notre temps», selon le président d’Impératif français, Jean-Paul Perreault.

Une autre récompense a été décernée à Chloé Sainte-Marie. Alors qu’il était interviewé par La Presse Canadienne, M. Perreault a expliqué que cette artiste a eu droit à un pareil honneur «pour sa détermination à faire rayonner les cultures québécoise et innue» à travers ses oeuvres.

Jean-Paul Perreault n’a pas réservé des commentaires aussi élogieux à tout le monde.

Il a mentionné que plusieurs acteurs et organisations méritaient de recevoir des prix Citron pour avoir été à l’origine «de situations aberrantes et irritantes qui banalisent la Francophonie». Par exemple, il a tiré à boulets rouges sur le gouvernement conservateur «pour sa démarche pour saboter […] le réseau français de Radio-Canada» mais aussi pour l’accession récente de Rob Nicholson au poste de ministre des Affaires étrangères.

«Nommer quelqu’un qui ne parle même pas français, c’est une gifle incroyable […]. C’est impardonnable», a martelé M. Perreault, d’un ton offusqué.

Il n’a pas épargné non plus le premier ministre provincial, Philippe Couillard, qui a été écorché pour avoir choisi de s’exprimer exclusivement en anglais lors d’une allocution prononcée en Islande, un comportement qualifié de «tout à fait insultant» par Jean-Paul Perreault.

Le commissaire aux langues officielles, Graham Fraser, n’a pas non plus trouvé grâceà ses yeux.

Il y a, pour sa part, goûté pour avoir suggéré que le Québec gagnerait à se doter d’un bureau des affaires anglophones, une idée perçue par M. Perreault comme étant susceptible d’accélérer le recul de la langue de la majorité dans la Belle Province.

Laisser un commentaire
Les plus populaires