Interdiction du hidjab en cour: plus de 20 000 $ en soutien à la plaignante

MONTRÉAL – Plus de 20 000 $ ont été récoltés durant la première journée d’une campagne de sociofinancement destinée à appuyer la femme musulmane qui s’est fait refuser une comparution à la Cour du Québec à Montréal parce qu’elle portait un hidjab.

Rania El-Allouli a exprimé samedi sa surprise et sa reconnaissance envers cet élan de solidarité dont l’objectif est de l’aider à s’acheter une automobile.

Mme El-Allouli devait en effet comparaître mardi à la Cour du Québec pour récupérer son véhicule saisi par la Société d’assurance-automobile du Québec, mais la juge Eliana Marengo a refusé d’entendre son témoignage, à moins qu’elle ne retire son hidjab, parce qu’elle voulait que son tribunal demeure un lieu séculier. Rania El-Allouli ne l’a pas fait et sa cause a été suspendue indéfiniment.

La décision de la juge Marengo est décriée par de nombreux citoyens, politiciens et groupes de protection des droits civils partout au Canada. «Des encouragements me proviennent de partout, parce que je sais que je dis la vérité, a dit Mme El-Allouli en entrevue téléphonique. Mon foulard est mon choix et ma foi.»

Vendredi, un résidant de Vancouver et un de Toronto ont lancé une campagne de sociofiancement sur le site gofundme pour lui venir en aide. Le Torontois Nouman Ahmad affirme qu’il a été «consterné» quand il a pris connaissance de l’histoire de Mme El-Allouli dans les médias.

M. Ahmad et son ami Rayan Rafay, qui n’avaient jamais fait de sociofiancement auparavant, ont été agréablement surpris de voir leur campagne devenir virale sur les réseaux sociaux. Ils ont reçu plus de 500 dons et ont dépassé leur objectif de 20 000 $ en mois de 24 heures.

M. Ahmad estime que cette réponse positive envoie un message fort quant aux valeurs canadiennes. «Que quelqu’un se voit refuser l’accès à la justice et au tribunal parce qu’elle porte un hidjab est vraiment très curieux dans un pays comme le Canada, a-t-il fait valoir. Ce n’est pas l’opinion de la plupart des Canadiens que nous connaissons.»

Il prévoit permettre aux gens de continuer de donner; les fonds supplémentaires aideront Mme El-Allouli à payer ses frais juridiques. Il espère pouvoir venir lui remettre le chèque en main propre à Montréal.

Une autre campagne de sociofinancement a été lancée à cette fin par un ancien résidant de Vancouver qui demeure maintenant en Californie.

Ce n’est toutefois pas tout le monde qui appuie Mme El-Allouli. M. Ahmad a dû limiter les commentaires sur la page de sa campagne sur le site gofundme après avoir reçu un certain nombre de commentaires désobligeants.

Mme El-Allouli discute actuellement avec des avocats et prévoit déposer une plainte contre la juge Eliana Marengo. «Le plus important est d’être respectée, a-t-elle expliqué. Je l’ai respectée. Elle ne l’a pas fait. Je ne souhaite à personne de vivre une situation semblable.»

Les plus populaires