Interventions de l’OTAN auprès d’un avion russe au-dessus de la mer Baltique

HELSINKI – L’OTAN a confirmé, mardi, avoir dépêché des avions de combat — incluant deux CF-18 — deux fois en deux jours afin d’intercepter un avion militaire russe volant au-dessus de la mer Baltique, alors que des rapports indiquent une augmentation de l’activité militaire russe dans cette région.

L’avion russe volait dans l’espace aérien international et n’avait pas violé le territoire d’un pays membre de l’OTAN, a précisé le lieutenant-colonel Robert Gericke.

D’après ce qu’a rapporté l’OTAN, les deux appareils canadiens ont été envoyés lundi, depuis la base aérienne de Siauliai, en Lituanie, afin d’intercepter un avion de surveillance russe Iliouchine-20. Les deux CF-18 sont retournés à la base après avoir identifié l’avion russe.

Plus tôt dans la journée, l’armée de la Lettonie avait publié sur Twitter que des F-16 de l’OTAN avaient été mandatés, mardi, d’intercepter un avion russe de surveillance Iliouchine-20 au-dessus de la mer Baltique. M. Gericke a confirmé que des avions de combat de l’OTAN avaient également intercepté un avion russe ce jour-là, mais n’a pu donner plus de détails dans l’immédiat.

L’OTAN, qui possède 16 avions de combats surveillant l’espace aérien dans la région, a dit envoyer des appareils afin d’identifier «des avions inconnus ou possiblement hostiles» se trouvant à proximité d’un espace aérien national.

Deux incidents similaires se sont produits dans la région le 7 octobre et le 11 septembre, mais l’OTAN spécifie que jamais les avions russes n’ont constitué une menace pour ses forces.

Au cours des cinq derniers jours, la Marine suédoise a ratissé l’archipel de Stockholm afin de trouver des indices de la présence d’un sous-marin étranger qui serait entré illégalement dans ses eaux territoriales, selon les autorités. Elles n’ont pas lié la Russie à cette possible intrusion.

Pour leur part, les autorités militaires de Finlande ont rapporté que des avions militaires russes avaient violé l’espace aérien de ce petit pays nordique à cinq reprises cette année, et l’Institut environnemental a indiqué que des navires militaires russes avaient intercepté des bateaux de recherche se trouvant dans les eaux internationales.

Le 5 septembre, un Estonien responsable des services de sécurité a été arrêté à la frontière de la Russie — l’Estonie et la Russie ne sont pas d’accord sur lequel des côtés de la frontière — et demeure toujours détenu à Moscou.

Les plus populaires