Intolérance: le PQ et la CAQ demandent à Couillard de retirer ses propos

MONTRÉAL – Le Parti québécois (PQ) et la Coalition avenir Québec (CAQ) demandent au premier ministre Philippe Couillard de retirer ses propos selon lesquels les deux partis d’opposition pourraient attiser «involontairement» l’intolérance dans la province.

«Le premier ministre Philippe Couillard a accusé faussement le Parti québécois et la Coalition avenir Québec de xénophobie. Ainsi (il) a instrumentalisé de façon indécente et partisane les horreurs de Paris», a lancé le chef péquiste Pierre Karl Péladeau, lors d’un point de presse à Montréal, lundi après-midi, qui portait principalement sur l’accueil de réfugiés.

À la conclusion du conseil général du Parti libéral du Québec (PLQ), dimanche, Philippe Couillard a laissé entendre que l’adoption de politiques «faciles et qui semblent répondre à ce qu’on croit être le souhait de la population» peut mener à de «l’intolérance involontaire» comme c’est le cas dans d’autres pays.

M. Couillard a notamment fait référence à la proposition du député péquiste Jean-François Lisée sur la possibilité d’un délai avant d’accorder le droit de vote aux nouveaux citoyens canadiens et celle de la CAQ qui avait suggéré d’évaluer les connaissances des immigrants en français, ainsi que leur employabilité, après trois ans dans la province.

Or, les deux partis estiment que le fait de remettre en question les politiques du gouvernement ne fait pas d’eux des intolérants.

«À titre d’élu, nous avons le devoir de poser toutes les questions légitimes et de remettre en question les actions du gouvernement sans être taxés ou accusés de xénophobie», a lancé le chef péquiste, flanqué du député Maka Kotto, porte-parole péquiste en matière d’immigration.

«Au Québec, il existe une école de pensée minoritaire selon laquelle il est impossible de remettre en question les politiques en immigration mises de l’avant par nos gouvernements sans se faire accuser de xénophobie ou d’islamophobie. Il est triste de constater que (…) notre premier ministre adhère à cette école de pensée», a renchéri Nathalie Roy, porte-parole de la CAQ en immigration, par voie de communiqué.

Selon le PQ et la CAQ, le premier ministre a été purement partisan et a «manqué à son devoir», selon les mots de Mme Roy.

«Alors que les circonstances tragiques exigent des chefs d’État qu’ils s’élèvent au-dessus de la partisannerie, le premier ministre Philippe Couillard a choisi de s’abaisser en tenant des propos déplacés», a tonné le chef péquiste.

M. Péladeau et Mme Roy demandent donc au premier ministre de se rétracter.

«On lui demande de revenir sur cette déclaration déplorable et d’admettre qu’il s’est davantage comporté en chef du Parti libéral qu’en premier ministre», a déclaré Mme Roy.

Laisser un commentaire