JO 2024: les craintes des risques financiers tempèrent l’enthousiasme à Toronto

TORONTO – Si le maire de Toronto envisage de soumettre la candidature de sa ville pour organiser les Jeux olympiques de 2024, il devra apaiser les craintes de son propre conseil au sujet des risques financiers impliqués.

Le responsable du comité du budget de la ville affirme que maintenant que l’enthousiasme suscité par les Jeux panaméricains s’est estompé, il se montre plus circonspect quant à l’éventuelle candidature olympique.

«Je fais maintenant un pas en arrière par prudence et je considère les chiffres très attentivement, a déclaré Gary Crawford.

«Il y a beaucoup de questions sans réponse pour l’instant qui nécessite des réponses: qui va payer pour le dossier de candidature — de 50 à 60 millions $ — où se situe l’appui des gouvernements provinciaux (et) du gouvernement fédéral, qui est un élément clé, et celui du secteur privé.»

Les villes qui veulent accueillir les Jeux de 2024 ont encore deux semaines pour manifester officiellement leur intérêt au Comité international olympique, les assurant ainsi de pouvoir soumettre leur candidature.

Le maire de Toronto John Tory n’a pas besoin de l’approbation du conseil municipal pour envoyer une lettre d’intention, mais c’est le cas s’il veut aller de l’avant avec une candidature officielle.

Il a brièvement parlé avec la première ministre de l’Ontario, Kathleen Wynne, et le premier ministre Stephen Harper à propos de la possibilité d’une candidature. Mais il souhaite s’entretenir avec les autres leaders fédéraux et avec le conseil municipal sur cette question.

Tory soutient aussi qu’il veut peser soigneusement les avantages et les inconvénients avant même d’envoyer une lettre au CIO.

«J’ai également à l’esprit les inquiétudes au sujet des questions financières, a-t-il dit. C’est pourquoi je ne vais pas aveuglément signer une lettre et aller de l’avant avec ça.»

Une étude municipale a précédemment estimé que déposer un dossier de candidature coûterait entre 50 et 60 millions $ et que la facture des jeux s’éleverait entre 3,3 et 7 milliards $.

Le Comité olympique canadien, qui fait pression sur Toronto pour qu’elle tente d’obtenir les jeux, soutient que les nouvelles règles du CIO rendraient les deux factures plus abordables. Mais au moins un expert affirme que le prix sera probablement plus élevé que ce qui a été envisagé.

Crawford a ajouté qu’il ne serait pas favorable à utiliser l’argent des contribuables pour financer le dossier de candidature et, si Toronto décidait officiellement de tenter sa chance, il ne serait pas d’accord avec un contrat qui lierait la ville à assumer les dépassements de coût.

Le maire de Boston a rejeté un contrat similaire en juillet, retirant sa ville de la course. Los Angeles a indiqué qu’elle serait prête à prendre la relève et le conseil municipal doit se prononcer sur la question, mardi.

Rome, Paris, Hambourg, en Allemagne, et Budapest, en Hongrie, ont également exprimé leur intérêt à tenir les JO de 2024.

Laisser un commentaire