Kruger convertit une machine à papier journal en machine à carton

TROIS-RIVIÈRES, Qc – Signe des temps, la papetière Kruger investit 250 millions $ afin de convertir une de ses machines à papier journal de l’usine de Trois-Rivières en machine à carton léger, qui sera entièrement produit à partir de fibre recyclée.

L’investissement permettra de maintenir 270 emplois dans l’usine trifluvienne, qui continuera néanmoins à produire du papier journal avec son autre machine.

«Aujourd’hui, on doit faire face à des compétiteurs de partout sur la planète et également, un environnement technologique qui augmente très rapidement. (…) Pourquoi le papier journal a de la misère? Regardez dans votre poche: votre iPhone, votre iPad et voilà la raison fondamentale de ce qui nous arrive actuellement», a noté le premier ministre Philippe Couillard, qui participait à l’annonce, lundi.

Le projet s’appuie lourdement sur la contribution financière du gouvernement du Québec, qui injecte une somme totale de 190 millions $.

M. Couillard a toutefois insisté sur le fait qu’il ne s’agissait pas là d’un chèque en blanc.

«Maintenant, avec les entreprises, on ne veut plus être des subventionnaires. (…) C’est comme ça qu’on intervient avec Investissement Québec au sein des entreprises, par des prêts commerciaux, par des prises de participation», a précisé le premier ministre.

L’aide de Québec prendra en effet la forme d’un prêt avec intérêt de 84 millions $ et d’une participation de 106 millions $ au capital d’une nouvelle entreprise regroupant les activités du secteur carton et emballages de Kruger.

L’État québécois devient ainsi actionnaire de la nouvelle entreprise, dont il détiendra 25 pour cent du capital-actions.

Une fois convertie, la machine fabriquera annuellement 360 000 tonnes métriques de carton.

L’annonce a été très bien accueillie par le syndicat des travailleurs de l’usine.

«Nous sommes heureux de voir se réaliser cet investissement, car les emplois de nos membres se trouvent protégés», a déclaré le représentant national d’Unifor, Steeve St-Pierre, par voie de communiqué.

Celui-ci a rappelé que la consolidation des emplois de ses membres survient «après une négociation difficile» au printemps dernier.

Cette négociation avait mené à une entente de principe comprenant les éléments que l’employeur estimait incontournables pour en arriver à l’investissement annoncé lundi.

Laisser un commentaire