La Canada est sur une longue route pour aider le Népal à se reconstruire

OTTAWA – Les responsables de deux agences canadiennes d’aide croient que le chemin sera long pour aider le Népal à se reconstruire après le séisme dévastateur qui l’a secoué, et ils espèrent un soutien public soutenu.

Cette évaluation survient alors que l’Équipe d’intervention en cas de catastrophe (ÉICC) du Canada semble prête à commencer sans plus tarder ses opérations de secours.

L’ÉICC a été déployée samedi, en même temps que du personnel civil, humanitaire et politique, des Affaires étrangères.

Michael Messenger, le président de Vision Mondiale Canada qui a passé cinq jours au Népal, a déclaré que les efforts étaient maintenant concentrés à aider les survivants à se trouver des abris et de l’eau propre et à soigner les enfants traumatisés.

David Morley, le président d’UNICEF Canada, affirme qu’il est essentiel que l’intérêt du public ne se dissipe pas parce que le tremblement de terre survenu la semaine dernière est le pire depuis celui d’Haïti en 2010.

M. Morley dit qu’il est heureux que la moitié de l’objectif d’aide de 50 millions $ de l’UNICEF ait été atteint mais que bien plus devra être recueilli dans les mois à venir.

Malgré un élan de générosité partout dans le monde, les autorités népalaises affirment que le déficit de financement doit être réglé dans l’intérêt de la reconstruction à plus long terme.

Laisser un commentaire