Financement illégal: Legault donne le bénéfice du doute à Blanchet et Marois

SAINT-HYACINTHE, Qc – Le chef caquiste François Legault est prêt à accorder le bénéfice du doute à Pauline Marois et à son conjoint Claude Blanchet, au sujet des allégations de financement illégal qui circulent actuellement.

Selon un reportage de Radio-Canada, M. Blanchet aurait sollicité un homme d’affaires pour verser des contributions politiques totalisant 25 000 $ à la campagne de Mme Marois à la direction du Parti québécois en 2007, dont certaines auraient été faites par des prête-noms. L’homme d’affaires, lié à une entreprise de génie-conseil, a fait cette dénonciation dans une déclaration sous serment le 25 mars.

En conférence de presse mardi à Saint-Hyacinthe, François Legault a qualifié ces allégations de «très graves», mais il est prêt a prendre la parole de la chef péquiste et de son mari, qui ont démenti avec véhémence les révélations de la télévision publique.

«Heu… je laisse le bénéfice du doute», a-t-il répondu avec une longue hésitation quand les journalistes lui ont demandé son avis personnel sur cette affaire.

Il a aussi dit toutefois: «C’est la parole de l’un contre la parole de l’autre. (…) Je pense que c’est aux Québécois à se faire une idée.»

Cependant, il a dit comprendre la colère des électeurs, dans cette campagne où se succèdent allégations et accusations sur le thème de l’intégrité.

«Je comprends les Québécois, ce matin, d’être fâchés et même dégoûtés, parce que ça s’accumule», a-t-il déclaré au cours de la conférence de presse dans un entrepôt de suppléments alimentaires pour animaux d’élevage.

Il a rappelé que plusieurs témoins avaient rapporté l’existence au Parti québécois et au Parti libéral de «systèmes» visant à recueillir du financement dans des secteurs très précis, en contournant le don maximal individuel de 3000 $ fixé par la loi avec le recours à des prête-noms.

Par contre, François Legault a assuré être blanc comme neige, même durant toute sa carrière politique antérieure au PQ, de 1998 à 2009. Il a parfois prononcé des discours à titre de président de la campagne de financement du Parti québécois, mais a soutenu qu’il n’a jamais entendu parler d’un quelconque stratagème ou système de financement par l’entremise de prête-noms.

«Jamais» il n’a eu écho d’un tel système, a-t-il répété.

De même, il a dit avoir connu M. Blanchet, mais ne pas avoir eu de «liens personnels» avec lui. M. Legault a affirmé ne pas l’avoir assez connu pour savoir s’il pouvait se livrer à ce genre de pratiques.

Par ailleurs, la Coalition avenir Québec a pris un engagement mardi. Si elle forme le gouvernement le 7 avril, elle annulerait la hausse de 4,3 pour cent des tarifs d’électricité dès le lendemain des élections.

Cette augmentation de tarifs des clients résidentiels, autorisée par la Régie de l’énergie, entre en vigueur ce mardi.

François Legault a pris l’engagement de limiter la hausse au taux d’inflation, pour les quatre années d’un mandat caquiste.

Il assure que les mesures pour réduire la hausse seraient prises dès le lendemain de l’élection, le 8 avril.

Le chef caquiste estime que cette augmentation est complètement indécente, considérant que les contribuables n’ont pas reçu de hausses de salaires équivalentes au Québec.

«Cette hausse n’a pas de bon sens», a-t-il dit, en arguant que la société d’État sera en surplus d’électricité jusqu’en 2027. Et il s’indigne, parce qu’en plus, ce n’est pas fini, selon lui.

«Les experts nous disent qu’en raison des contrats d’éolien, l’année prochaine, il devrait y avoir une autre hausse de 4 pour cent, et l’autre année après, encore 4 pour cent, et encore 4 pour cent. Il y a des limites à ce que les Québécois peuvent sortir de leur poche», a dit M. Legault.

Hydro-Québec demandait initialement une hausse de 5,8 pour cent, mais la Régie de l’énergie l’a réduite à 4,3 pour cent.

Pour le propriétaire d’une maison moyenne, la nouvelle tarification se traduit par une facture supplémentaire de 95 $ par année. Le propriétaire d’une maison plus grande devrait payer environ 120 $ de plus annuellement.

La hausse rapportera 418 millions $ de plus dans les coffres d’Hydro-Québec pour l’année en cours.

La clientèle industrielle doit aussi encaisser à compter de ce mardi une majoration, mais elle est limitée à 3,5 pour cent.