La chef néo-démocrate et ses ministres prêteront serment dimanche en Alberta

EDMONTON – Une nouvelle ère débutera dimanche en Alberta alors que la première ministre élue, la néo-démocrate Rachel Notley, prêtera serment aux côtés des membres de son cabinet.

Mercredi, Mme Notley a assuré que son gouvernement, le premier d’allégeance néo-démocrate de l’Alberta, se mettrait rapidement au travail après sa prestation de serment, qui devrait se dérouler dans une «ambiance familiale».

Toutefois, il faudra attendre après l’été pour la présentation d’un budget complet. D’ici là, les élus néo-démocrates feront voter des crédits budgétaires provisoires à l’Assemblée législative «pour financer les activités du gouvernement jusqu’à l’automne», a précisé la première ministre.

Mme Notley a fait valoir l’importance de prendre le temps de s’assurer que l’exercice budgétaire soit réalisé dans les règles de l’art, que les membres de l’Assemblée puissent y apporter leur contribution et que le résultat soit en accord avec la plateforme électorale néo-démocrate.

La première ministre, qui a remporté une majorité de 54 sièges le 5 mai, se retrouve avec 50 députés novices, car ils n’étaient que quatre au déclenchement des élections.

Mme Notley a déclaré que son cabinet serait composé de 12 ministres, dont elle-même, et que certains seraient responsables de plusieurs portefeuilles. Elle ne fusionnera pas de ministères, pas plus qu’elle n’en éliminera.

Tous les autres membres de l’Assemblée législative prêteront serment le 1er juin et seront ensuite convoqués le 11 pour élire leur nouveau président d’assemblée. En comptant l’opposition, il y aura 70 nouveaux visages à l’Assemblée législative albertaine, qui compte 87 sièges.

Un discours du Trône est prévu le 15 juin, et plusieurs projets de loi devraient être votés avant la pause estivale.

Mercredi, le gouverneur général du Canada, David Johnston, a également nommé la nouvelle lieutenante-gouverneure de l’Alberta, Lois Mitchell. La femme d’affaires de Calgary lui a été recommandée par le premier ministre fédéral, Stephen Harper.