La Cour suprême tient une cérémonie d’accueil pour la nouvelle juge

OTTAWA – La nouvelle juge québécoise à la Cour suprême, Suzanne Côté, s’est dite émue et bien humble devant la tâche qui l’attend.

La juge Côté avait droit à une cérémonie d’accueil, mardi après-midi, à Ottawa.

«Je me suis rarement retrouvée à court d’arguments dans ma vie mais je dois vous avouer qu’aujourd’hui, il s’en faudrait de peu», a-t-elle confié à la petite assemblée où se retrouvaient ses collègues juges de la Cour suprême, le ministre fédéral de la Justice, Peter MacKay, l’ancien premier ministre Brian Mulroney et les membres de la famille de la juge, dont son conjoint, l’avocat montréalais Gérald R. Tremblay.

Saluée par le ministre MacKay et les représentants du gouvernement québécois et des Barreaux canadien et québécois, la juge a fait référence à son parcours professionnel lorsqu’elle a pris la parole.

Jusqu’à ce qu’elle soit nommée, en décembre dernier, juge au plus haut tribunal du pays, elle exerçait comme avocate.

«Mon but est d’apporter la perspective du praticien venant directement du feu de l’action et, je l’espère, de contribuer ainsi à l’établissement d’une cohérence harmonieuse entre les grands principes du droit, les valeurs de notre société et la réalité quotidienne des justiciables canadiens», a-t-elle dit.

Sur un ton plus léger, tous ceux qui ont livré des discours ont fait référence au conjoint de la juge, avocat bien connu.

«M. le bâtonnier Tremblay, vous avez été clerc auprès de la Cour suprême du Canada de 1969 à 1971. Vos fonctions sont terminées», a souligné, à la blague, Me Bernard Synnott, bâtonnier du Québec.

Laisser un commentaire
Les plus populaires