La crise en Ukraine ferait reculer la non-prolifération nucléaire dans le monde

OTTAWA – La crise en Ukraine envoie aux États voyous comme l’Iran le message qu’ils doivent avoir des armes nucléaires, a estimé vendredi le ministre des Affaires étrangères des Pays-Bas, en visite au Canada.

Frans Timmermans a déclaré devant une assemblée à Ottawa que la cause de la non-prolifération nucléaire avait subi un recul en raison de la crise en Ukraine, qui a commencé quand la Russie a décidé de «voler» une partie du pays.

M. Timmermans a fait cette déclaration lors d’un déjeuner-causerie et une séance de questions et réponses devant un petit groupe de diplomates, de responsables gouvernementaux et d’experts de la politique étrangère.

L’Ukraine a éliminé toutes ses armes nucléaires en 1994 dans le cadre d’un accord en vertu duquel la Russie, le Royaume-Uni et les États-Unis s’engageaient à respecter son intégrité territoriale. Mais la Russie a récemment annexé la péninsule ukrainienne de Crimée, tandis que des hommes armés prorusses prennent progressivement le contrôle de villes de l’est du pays.

«Imaginez le message que cela envoie à l’Iran: si vous renoncez à vos armes nucléaires, vous êtes à la merci de ceux qui en détiennent encore», a déclaré le ministre néerlandais.

«C’est un message horrible. Imaginez. Vous avez vu les actions de la Corée du Nord depuis.»

Des chercheurs américains ont détecté des signes d’une intensification des activités dans les centres d’essai de missiles en Corée du Nord. La Corée du Sud a prévenu la semaine dernière que son voisin communiste totalitaire se préparait à mener son quatrième essai nucléaire depuis 2006.

Les pays occidentaux tentent de contrecarrer les ambitions nucléaires de l’Iran. Les discussions en cours entre l’Iran et les cinq membres permanents du Conseil de sécurité de l’ONU, plus l’Allemagne, pourraient mener à un accord historique d’ici le mois de juillet.

M. Timmermans a affirmé que l’agression russe contre l’Ukraine pourrait envoyer un message très différent à l’Iran.

«Je pense que la seule réponse à ce message très négatif (…) est que les pays les plus responsables, le P5 (les cinq membres permanents du Conseil de sécurité de l’ONU), en particulier la Russie, s’ouvrent à la possibilité de mener des discussions sur le désarmement nucléaire», a-t-il affirmé. «Je crois que c’est ce qui compte.»

Le ministre a appelé le Canada, les Pays-Bas et d’autres pays à renforcer leurs efforts de non-prolifération nucléaire, en tentant notamment d’engager un dialogue avec Moscou.

«Une fois que l’Iran aura l’arme nucléaire, eh bien, vous savez que les autres pays de la région ne voudront pas être à la merci de l’Iran et voudront avoir l’arme nucléaire pour eux-mêmes. Cela aura des conséquences d’une portée très, très considérable», a-t-il ajouté.

M. Timmermans a par ailleurs suggéré que l’OTAN et les alliés occidentaux avaient la tête ailleurs après la chute de l’Union soviétique et la fin de la guerre froide.

Mais il a appelé les diplomates occidentaux à saisir l’occasion qui se présente aujourd’hui et à ne pas retomber dans l’idéologie de la guerre froide.

Il a estimé que l’Ukraine pouvait avoir un avenir tourné vers l’Union européenne, tout en maintenant des liens avec la Russie.

La crise actuelle a commencé quand le président ukrainien prorusse Victor Ianoukovitch a renoncé à un accord d’association avec l’Union européenne, provoquant de grandes manifestations qui ont mené à son renversement en février.

«Le fait qu’à cause d’un désaccord sur le gouvernement de l’Ukraine, la Russie ait simplement décidé de voler une partie du pays est un changement fondamental dans les relations internationales et aura des répercussions à long terme sur le système international», a estimé M. Timmermans.

Le président russe, Vladimir Poutine, est accusé par la communauté internationale d’avoir orchestré la crise en Ukraine.

Le ministre néerlandais des Affaires étrangères était en visite à Ottawa pour une rencontre avec son homologue canadien, John Baird, et pour commémorer la libération de son pays de l’emprise des nazis par des soldats canadiens à la fin de la Seconde Guerre mondiale.

«Jusqu’à ce que la Russie démontre clairement son respect pour la souveraineté et l’intégrité territoriale de l’Ukraine, nous continuerons de travailler avec nos alliés et nos partenaires pour isoler davantage la Russie, économiquement et politiquement», a indiqué M. Timmermans.

Les commentaires sont fermés.

Les pays sans le nucléaire sont à la merci des grandes puissances,c’est pour cette raison qu’il faut bannir le nucléaire militaire pour tous sans exception,ou l’accepter pour tous en sachant évidemment que le risque de la destruction de la planéte est multiplié par 1000.
Les USA sont les premiers à faire fi de la vie humaine et ont le gout de tuer pour dominer son prochain ,différent des autres qui eux tuent pour survivre.